Manuel Valls, un premier ministre en quête d'espace

Par

Chef d'une majorité démoralisée, le premier ministre se prépare à une année mouvementée. En janvier, il défendra la contestée loi Macron. Il devra assumer deux défaites électorales annoncées. Et sa personne sera au cœur du congrès socialiste de juin. En attendant, l'ex-“Monsieur 5 %” de la primaire socialiste tente d'élargir son espace politique. Compliqué, alors que François Hollande est reparti en campagne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« El Hombre del Año ». Ce lundi 29 décembre, Manuel Valls a été sacré « homme de l'année » par le quotidien espagnol El Mundo. Dans un long entretien au journal castillan, Manuel Valls revient sur son parcours et ses décisions à la tête du gouvernement français. « Je ne me demande pas chaque matin si ma politique est socialiste, mais efficace. » Il tance « la vieille gauche » quand on l'interroge sur les critiques de Martine Aubry. Et, tandis que le président de la République dit entrevoir le bout du tunnel des difficultés économiques, préfère « insister sur la pédagogie de l'effort ». « Je ne veux pas dire aux Français que d'ici deux ou trois ans les sacrifices seront terminés. Nous devrons faire des efforts pendant des années pour que la France soit plus forte. »