Pourquoi il n'y a pas d’urgence à réduire la dette publique française

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est encore une des rares critiques envers Emmanuel Macron et son gouvernement que l’on trouve dans les milieux d’affaires : il négligerait trop le problème de la dette publique. Plusieurs observateurs ont d’ores et déjà tiré la sonnette d’alarme. Avant Noël, l’éditorialiste Jean-Michel Apathie avait évoqué la dette comme le « vrai mal français ». Un mois plus tard, devant le chef de l'État, le premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, renchérissait et mettait en garde contre « l’illusion » de l’amélioration des finances publiques.