Badinter : les étrangers «doivent participer» aux municipales

Pour l'ancien ministre de la justice, refuser le droit de vote aux étrangers aux élections municipales est « presque un déni de droit ».

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

L’ancien garde des Sceaux Robert Badinter a estimé, sur le plateau de l’émission "Politiques" sur la chaîne LCP, que refuser le droit de vote aux étrangers aux élections municipales est « presque un déni de droit ».

« Je considère que c’est presque un déni de droit, dès l’instant où ils sont là, dès l’instant où ils sont, bien entendu, en séjour régulier, dès l’instant où ils acquittent leurs impôts depuis un certain nombre d’années dans les lieux où ils vivent… ils doivent participer à l’exercice de la désignation de la gestion municipale. Ils y vivent ! » a estimé l’ancien ministre de la justice de François Mitterrand qui était interrogé par le Lab d’Europe1.

Le droit de vote des étrangers aux élections municipales était une des promesses de campagne de François Hollande. Robert Badinter estime cependant que le président n’a tout simplement pas la possibilité de mener à bien cette réforme. « C’est un procès injuste. Vous avez une situation dans laquelle nous n’avons pas de possibilité de réforme constitutionnelle. On sait très bien qu’au Parlement il n’y aura pas la majorité nécessaire. »

 A lire sur le site du Lab d’Europe 1.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale