Bataille d'experts autour de la construction de logements sociaux à Paris

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

La seule solution raisonnable est la réquisition de logements "privés", partout, de façon systématique, dans tous les quartiers, dans toutes le rues, dans chaque immeuble, au prorata des lois sur le logement social.

Pauvre Marc Ambroise-Rendu, cette querelle sur le logement social l'aura rendu schizophrène. A professer tout et son contraire, cet expert ne doit plus savoir où il habite !

  • Nouveau
  • 02/03/2014 08:20
  • Par

D'accord avec Julien 1378 .

  • Nouveau
  • 02/03/2014 09:35
  • Par

    De toute façon ce ne sont que des promesses électorales qui n'engagent que ce qui y croient !

 A.H met au pot 60 000, NKM relance avec un bon 66 000, c'est du poker menteur !

Ce que personne ne remarque jamais, c'est l'imposture du terme logement social qui veut dire implicitement "logement géré par des organismes HLM publics et réservés à ceux qui ont peu de ressources mais pas trop peu".

ça oublie que le parc privé (certes de mauvaise qualité (apparts pas rénovés et mal foutus, chambres de bonnes...) loge lui, les vrais pauvres, en tout cas plus que les HLM et que personne ne parle d'eux tandis que les HLM sont devenus des spéculateurs (cf articles de MDP sur la SNI) qui ne veulent pas des gens trop modestes.

C'est sans doute pour cela que notre élite politique vit dans des logements sociaux à Paris.

 Les promesses de construction de logements « sociaux » constituent un des fleurons de la démagogie électorale : égalitarisme de façade  (50% des HLM sont concentrés dans les 13ème, 19ème et 20ème ardt) et pbs inévitables de densité d’habitat, de transports et de pollution décrits dans le rapport. Il est sans doute préférable de repousser progressivement les frontières de la capitale en intégrant les villes de banlieues proches, par une action conjuguée au niveau de l’urbanisme et des transports. Doit on comprendre que ce type de proposition est moins payant électoralement ?  

 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale