«Me too»: le gouvernement face à ses contradictions

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« On donne de la cohérence. Leur départ est une manière de ne pas entraver l’action du gouvernement. Elle ne va pas être polluée par des membres qui pourraient être mis en examen. Ce sont des actes courageux. » Ce constat a été livré par Stéphane Travert, le 21 juin 2017, quelques heures après que François Bayrou et Marielle de Sarnez eurent annoncé leur départ du gouvernement. Les deux ministres MoDem étaient alors inquiétés par une enquête sur des emplois fictifs présumés au sein du parti centriste. Inquiétés, mais pas mis en examen – ils ne le sont toujours pas d’ailleurs.