A Nice, la Manif pour tous accapare les débats sur la PMA

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Courant jusquen mai, les débats des états généraux de la bioéthique doivent inspirer la prochaine révision de la loi de bioéthique, dont l’examen débutera à l’automne. Une soixantaine d’événements sont organisés sur tout le territoire sous des formes très diverses : café éthique, mur de parole, groupes de discussion d’une vingtaine de personnes, conférences-débats grand public. Chacun des espaces éthiques régionaux a choisi deux ou trois thèmes parmi les neufs proposés, dont l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de lesbiennes et aux femmes seules, à laquelle Emmanuel Macron s’était déclaré favorable en mars 2017. Aujourd’hui, en France, la PMA, que ce soit par le biais d’une insémination artificielle ou d’une fécondation in vitro, est réservée aux couples hétérosexuels infertiles en âge de procréer et vivants.