Comment le Sénat et les lobbies ont réécrit le projet de loi OGM

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Jean-Louis Legalery Cette enquête très détaillée et très claire montre qu'entre le tapage communicationnel du "Grenelle de l'environnement" et l'activité intense dans les coulisses parlementaires, la balance ne penche pas du côté du principe de précaution.
Merci pour cet article. La tournure que prend ce projet de loi était prévisible. C'est atterrant, mais le lobbyisme est tel quel notre molle démocratie est incapable de prendre le dessus. Mais il ne fallait rien attendre de mieux de la part d'un gouvernement et d'une classe politique qui manie avec brio le "greenwashing" à l'instar de l'ensemble des industriels et ce, pour mieux nous imposer leur sinistre vision du monde.
  • Nouveau
  • 01/04/2008 10:48
  • Par
J'ai honte.
Il y a plus de 25 ans, NESTLE était déjà parvenu à mettre sur le marché africain ses laits en poudre pour bébé, ce qui entrainait un très grand nombre de décès de nourrissons: privés d'alaitement maternel ("Il faut être moderne") et donc d'anticorps, buvant une eau non stérile, les nourrissons mourraient de gastroentérites... Avec les OGM chez nous, c'est un peu la même chose qui se passe... Dur, dur.
En 2007, il s'est cultivé environ 220 millions d'hectares de plantes OGM sur la planète ( maïs, soja, riz, etc...). Il est entré environ 800000 tonnes de soja dans le port de Lorient, pour nourrir les animaux français ( bovins, porcs, volailles ) qui ont été mangés par des millions de français, dont probablement vous et moi à notre insue bienveillante. A part l'agriculteur qui s'est suicidé dans le Lot, suite à un fauchage prévu le lendemain dans sa parcelle, pouvez-vous me dire combien de morts et malalades ont été recensés en France depuis dix ans, à cause des OGM ? Votre insinuation est francement délirante.
Pas besoin qu'il y ait des morts pour craindre deux choses: le saccage de la biodiversité et la mainmise de Monsanto sur les semences. Gérard Vion est agriculteur. Probablement pas "bio", mais sait-on jamais...
Le problème me parait bien être là. Tout comme les hormones à destinations des bovins, tout comme les farines animales, tout comme les poulets à la dioxine, tout comme la vache folle, tout comme les incinérateurs hors normes avec leurs rejets mal contrôlés, nous ne découvrirons les morts et les malades qu'après le mal fait. Et de plus, nous ne trouvons que ce que nous cherchons. Et que je sache nous n'avons pas cherché les effets des OGM sur nos organismes de manière inattaquable. Vous avez peu-être raison, vous avez peu-être tord. Le problème c'est que vous et moi sommes bien incapable de statuer sur la nocivité ou non des OGM. Ne nous empressons pas de planter en champs et de consommer des OGM tant que leurs effets ne sont pas mieux connus... Imaginez si c'était toxiques, que vous diraient vos enfants nourris aux OGM ?
Cela n'a rien à voir avec le fond de cet excellent article, mais il se trouve que c'est le premier que je lis aujourd'hui. Je suis très surpris de le voir daté "01 Apr 2008". Mediapart ne pourrait-il pas adopter un système qui mettrait les dates, même abrégées, en français ? Cela ne doit pas être insurmontable. Merci d'avance.
..et j'ai appris ce matin que seulement une quarantaine de députés (qui, d'après moi, devraient être les seuls autorisés à voter sur ce projet de loi) ont participé à la projection du film sur Monsanto!!! On sent que nos élus sont vachement motivés par les problèmes écologiques (ne parlons pas de la science en général, les budgets recherche et enseignement supérieur tant nationaux qu'européens parlent d'eux même). C'est prometteur pour l'avenir de ce pays, compte tenu des catastrophes futures en marche. Après tout, autant accélerer les choses, la fin viendra plus vite???? chris
  • Nouveau
  • 01/04/2008 12:24
  • Par
Cet article et ces débats montre, je pense, à quel point les parlementaires sont démunis face aux questions scientifiques, ce qui laisse présager des heures sombres : on peut supposer que la place de la science dans les débats nationaux va augmenter, les économistes, juristes, enarques etc. ont tous des formations qui touchent plus aux sciences humaines qu'aux sciences expérimentales... n'y a t'il pas là un problème de formation de nos élites ??? 2ème question : Le comité consultatif national d'éthique a t'il été auditionné ? c'est dans cette affaire le seul capable de répondre clairement et scientifiquement à la problématique posée, car je veux bien croire que ni les semenciers, ni les associations ne sont objectifs dans ce débat.
  • Nouveau
  • 01/04/2008 12:46
  • Par
Je trouve que cette tribune doit être le lieu de mouvements futurs, à commencer par une large diffusion de cet article à toutes les adresses mail que nous avons dans nos boites aux lettres perso, mais aussi écrire directement à nos députés et exiger d'eux qu'ils donnent leur avis sur la question : on ne peut pas être au courant, déplorer une démocratie molle et ne rien faire, sinon nous sommes complices et glissons insensiblement dans un régime où le peuple n'a plus son mot à dire, n'exerce plus son autorité, c'est à dire une dictature qui ne dit pas son nom. Et liant le geste à la parole...
  • Nouveau
  • 01/04/2008 13:50
  • Par
021.gif
L'article aborde plus les disfonctionnements du travail en commission que la question des OGM. Soit. N'y a-t-il aucun garde-fou règlementaire et constitutionnel pour éviter qu'un rapporteur ait un tel pouvoir sur le travail législatif ? C'est inquiétant sur ce sujet, et sur d'autres bien sûr. Concernant les OGM, le point essentiel à mes yeux est l'impact écologique de l'utilisation des cultures OGM sur la biodiversité. D'une part, les insectes vont évoluer très vite (et c'est déjà démontré dans des études sur des cultures aux Etats-Unis) et rendre les semences OGM inefficaces tout en ayant contribué à rendre les insectes plus résistants à tout traitement connu. Nous serons entraînés dans une spirale répressive de plus en plus coûteuse (en risque, en pesticides, en dépendance vis à vis des semenciers, donc autant pour le consommateur que pour l'agriculteur). L'agriculture BIO se trouvera condamnée car ses méthodes de prévention des contaminations seront également devenues inefficaces. D'autre part, les graines OGM vont se répandre dans la nature, vont se combiner avec des variétés existantes, et nous allons voir fleurir toutes sortes de variétés parasites et instables introduites dans les écosystèmes sans retenue ni contrôle, avec un impact imprévisible sur les insectes, les plantes, les animaux, et nous même. Le risque des OGM n'est sans doute pas la consommation par l'homme d'une nourriture issue de transformations génétiques. C'est surtout que l'environnement qui sert à produire cette nourriture va se trouver bouleversé par l'introduction des OGM dans la nature, et que toutes les formes de vie et de culture vont s'en trouver affectées, sans que l'on puisse aucunement imaginer ni maitriser ce qui se passera alors. Les OGM sont comme une bombe à neutrons: on ne voit rien, mais elles provoquent tout de même la désolation à des centaines de kilomètres à la ronde. Enfin, il faudrait remettre en question le postulat de départ: la planète a-t-elle besoin des OGM pour assurer la subsistance de sa population ? Non, elle a besoin d'une agriculture vivrière à faible coût, à la portée des populations qui ont faim (ni la France ni les Etats-Unis!), avec des semences adaptées aux climats et aux terres (donc des plantes traditionnelles, locales) cultivées selon une agriculture biologique, intensive si besoin (en quoi serait-ce contradictoire ?). Seuls les groupes chimiques et semenciers mondiaux ont besoin des OGM pour assurer leur croissance et la hausse de leur rentabilité. Pas nos agriculteurs. Le rôle des parlementaires français est de faire la part des choses. Ce serait à leur honneur de montrer la voie qui serve l'intérêt général, en France et dans le monde. S'il reste un soupçon de démocratie dans nos institutions...
  • Nouveau
  • 01/04/2008 15:13
  • Par
Enquête démontrant une fois de plus l'apport de MediaPart. Un point essentiel concernant les OGM est l'achat des semences qui prive les agriculteurs de toute autonomie. C'est cohérent avec un processus de marchandisation généralisé qui nous rend dépendant et nous fait perdre notre temps et notre vie. Illich puis Jean-Pierre Dupuy ont, par exemple, établi que si l'on rapporte la distance parcourue au temps nécessaire pour gagner de quoi acheter et entretenir sa voiture et au temps de déplacement réel, la vitesse équivalente est de 7km/h!
Merci pour cet article. Au delà des OGM il montre la voie à quels types d'articles sont réellement intéressants. La retransmission des débats en séance des assemblées n'est qu'un spectacle qui apprend peu de choses. Le suivi des commissions est bien plus instructif. C'est réellement mettre nos élus sous le feu des projecteurs. De nombreux élus, compte tenu de leur mode d'élection au Sénat, obscurs et non connus de la population mènent réellement les choses en sous main . Mr Bizet mériterait d'être mieux connu. La liberté de vote mériterait d'être également plus souvent accordée (comme aux USA). Souvent nous réclamons moins de pouvoir pour l'executif et plus de pouvoir pour le parlement ... oui ... si ses travaux sont mieux visibles. Pour revenir aux OGM : la recherche scientifique et médicale est souvent avancée pour justifier la culture des OGM. Mais est-elle indispensable en plein champs ? Il semblerait que non d'où un argument probablement fallacieux.
On voit ici, comme dans d'autres domaines sensibles au lobbying, les limites de la démocratie indirecte. Les sénateurs sont élus par des "grands électeurs", eux mêmes élus par les citoyens de base. Vu le poids électoral des populations rurales supérieur à leur poids réel (on est en train de redécouper les circonscriptions à cause de cela), on peut penser que le nombre de sénateurs élus par des élus de régions céréalières est important. Pas besoin de faire un dessin (quoique celui de Labul est très drôle) pour se rendre compte que les AGM (Agriculteurs Génétiquement Modifiants) pèsent considérablement plus sur les débats que les tenants du principe de précaution. Pour moi, l'un des dangers majeurs des OGM outre le saccage de la biodiversité, c'est le brevetage du vivant. A terme, et si l'on n'y met aucun garde-fou, on ne pourra plus rien cultiver sans passer sous les fourches caudines et onéreuses des Monsanto's boys. Je crois me souvenir qu'un fermier du Canada a vu sa percelle bio contaminée par la parcelle voisine ogéhèmisée. Que crotez-vous qu'il arriva? Le pollueur fut comdamné? Ne rêvez pas ! C'est la victime de la pollution génétiquement modifiante qui fut condamné à payer une redevance à Monsanto. Voici ce que vous vous préparez, messieurs les parlementaires, qui vous faites disons, soyons prudents, influencer par les lobbies agro-alimentaires. Question angoissée autant que bientôt rituelle: que fait la police?
  • Nouveau
  • 01/04/2008 20:51
  • Par
Au vu de cet article et du fonctionnement de Médiapart (notamment la section "prolonger"). je crois que je vais être obligé de résilier mon abonnement... ou bien c'est ma femme qui va me "résilier" en déclarant :"Oh non t'es encore fourré sur ce site... Bon à demain..." continuez ! et tant pis pour les mariages...
Madame est pro OGM ? Pourquoi pas. C'est ça aussi, la biodiversité. Mais est-ce vraiment une cause de rupture... avec Médiapart?
Je ne sais pas vous, mais moi je n'ai rien compris à l'intervention de Willy, visiblement c'est un problème conjugal.
je trouve cet article fort intéressant et il confirme ce que beaucoup d'entre nous pensent déjà. On sent bien, lorsque l'on entend les déclarations des différents responsables politiques, qu'ils ne sont pas impartiaux et qui se laissent facilement "lobbier" par les producteurs. en revanche, le principal intérêt de votre article et de votre enquête réside dans le fait que la plupart des grands médias sont relativement silencieux, sans réelle prise de position sur ce sujet : ils l'élude soigneusement pour ne pas avoir à se mettre à dos ni les pros ni les antis. je pense qu'on pourrait au moins rappeler aux lecteurs le principe de précaution trop souvent oublié au profit de l'intérêt des industriels et autres scientifiques à tout crain. Cela me semble démontrer d'une faiblesse de notre démocratie.
Après la diffusion sur ARTE : du Monde selon Monsanto, réalisé par Marie-Monique Robin; cet article est véritablement un très beau poisson d’avril. Merci Jade. Ah, ce n’était pas un poisson d’avril !
Les lobbys OGM, rappellons le - Monsanto, en tête, avec son mortel round up - , sont les mêmes qui vantaient les bienfaits de l'agriculture intensive, grâce aux pesticides, aux engrais azotés, pour le même motif : nourrir l'humanité. Ces lobbys ont été relayés par la FNSEA, relayés à leur tour par la plupart des parlementaires. La FNSEA - et donc à leur tour les parlementaires - a finalement admis, après avoir vu ses agriculteurs - de nombreux horticulteurs également -, disparaître, à la petite cinquantaine, de cancers, que les intrants étaient dangereux. L'arrêt de la faim dans le monde n'a pas été au rendez-vous, tel que promis par ces marchands de l'industrie chimique, plaisamment dénommés par eux-mêmes, acteurs de bio-technologies. Aujourd'hui, les mêmes acteurs défendent l'utilité des OGM, pour le même motif, élargi au domaine de l'industie pharmaceutique, et on est à deux doigts, de l'industrie de l'énergie. Le scénario est exactement le même, les effets seront tout aussi désastreux, certainement bien pires, et l'on finira par les interdire également, non sans avoir attendu au préalable que les catasptrophes aient bien eu lieu, et qu'elles soient vraiment désatreuses. Ainsi va le monde... Si nous laissons faire...
Dans la plupart des domaines, les lobbies sont très actifs auprès de nos parlementaires en France et auprès des commissions à Bruxelles. Merci de poursuivre des enquêtes de ce type. Nous avons besoin d'y voir clair. Amusant, sur les autres média d'info (net ou papier) vos confrères se contentent de rapporter les déclarations de deux députés qui s'alarment des amendements déposés par leurs confrères. ... des déclarations mais pas de démonstration. Alors bravo Mediapart.
Désolé, mais je m'attendais à un autre niveau d'articles de la part de Médiapart ! C'est d'une simplicité désarmante : Monsanto et les semenciers et producteurs,('dont je fais partie)sont des méchants Lobbys, tandis que tous les autres groupes sont des "blanches colombes" qui détiennent la Vérité absolue. Encore 1 ou 2 articles de ce genre et je n'attendrai pas l'avis de mon épouse pour "divorcer".
En même temps, cher Monsieur, avez-vous regardé "Le Monde selon Monsanto" et avez-vous lu des études scientifiques sur la question? Car si tel était le cas, vous sauriez où sont ceux qui se disent détenteurs de la Vérité absolue et incontestable... Les associations ont un parti pris, bien sûr, mais les Monsanto & Co également. La question est de savoir lequel on veut faire primer. Je pense que c'est l'intérêt général (lequel comprend la santé publique) qui doit primer sur les intérêts économiques. D'ailleurs, même les parlementaires UMP commencent à le dire ouvertement. Hier à la projection du "Monde selon Monsanto", alors que tous les journalistes avaient quitté la salle, ... (extrait de Là-Bas si J'y Suis, cette émission de... terroristes gauchistes, sur France Inter, 01/04/08)
Cher Gérard Vion, Si vous lisez bien ce texte, il ne dessine pas de ligne morale entre les uns supposés méchants et les autres "blanches colombes" mais tente de décrire le type de lobbying pro-OGM qui s'est exercé sur le Sénat, et explique en partie que le projet de loi proposé par le gouvernement ait été profondément modifié dans son esprit. Si j'ai choisi d'étudier le lobbying pro OGM et non le lobbying anti OGM qui existe lui aussi (même s'il s'en différencie sur un point crucial, celui de la défense d'intérêts commerciaux et financiers), c'est que c'est bien le premier qui semble avoir obtenu plus d'écho et d'effets sur les parlementaires. Mais vous avez raison de nous mettre en garde contre le risque de ne porter son regard critique que sur un seul "camp". D'ici la fin de la semaine et des débats à l'assemblée, j'essaierai d'équilibrer les critiques. Cordialement, jl
Votre point de vue est très important M. VION. Vous vous êtes en prise direct avec les OGM, peut-être plus que nous simple citoyens. Cela vous apporte un réel avantage ces semences ? Cela vous dégage de réel bénéfices supplémentaires ? Beaucoup de monde semble dire que le fait de racheter des semences chaque années est un fil à la patte des exploitants. Comment le vivez vous ? Es-ce vrai ? Et concernant la diffusion des OGM, pensez-vous que vos voisins pourraient vous causer des ennuies si ils retrouvais des OGM venant de vos cultures dans leur champs ? Les OGM, sa vaut vraiment le coup ? Votre témoignage est vraiment important, ici nous sommes bien loin de la réalité du terrain.
Non je n'ai pas regardé volontairement cette émission. Par contre , j'ai lu attentivement tous les documents de l'AFIS et je vous invite à les lire aussi. C'est autrement plus sérieux et moins tapageur, comme la plupart des émissions de Télé. Il se trouve que j'habitais dans les 79, comme la réalisatrice. Dans les années 60, mon père utilisait de l'acide sulfurique pour désherber son blé. C'était la "belle époque', comme le regrette la réalisatrice.Les produits pesticides d'aujourd'huy sont nettement moins dangereux pour la santé des utilisateurs et des consommateurs que ceux utilisés autrefois , par exemple sur un blé de 30 qx ha, contre 80 qx aujourd'huy. Mais l'opinion générale pense le contraire et cette réalisatrice aussi.
Pour l'instant, je n'utilise pas encore de semences de Maïs OGM; Mais j'essaie de me faire une opinion. Mes collègues utilisateurs m'ont démontré l'intérêt pour lutter contre la sésamie, insecte très nuisible du Maïs dans le SO, par rapport aux insecticides très dangereux pour la santé des utilsateurs et des insectes en général.. Donc l'intérêt environnemental est évident. Le financier l'est un peu moins. Toutes les variétés de semences européennes sont hybrides. Donc elles ne peuvent pas être produites ou reproduites par les agriculteurs. Mais uniquement par des semenciers, privés ou coopératifs. On n'est pas plus dépendant des semenciers que les utilateurs de logiciels de leurs qq fournisseurs ou des services de Google. Je n'ai pas de voisins bio.Les producteurs de semences hybrides ont l'obligation d'être à 100 m environ de leur voisin pour obtenir une pureté variétale de 99%. Pourquoi les bio exigent des km sans aucune justification réelle ? On peut très bien coexister sans problème, sur ce plan-là. Le maïs OGM pour utiliser du glyphosate comme herbicide n'est pas une bonne piste. Par contre, plein d'autres pistes sont à étudier, pour écomiser l'eau, pour capter l'azote de l'air, etc... Merci de votre questionnement.
@ Gérard Vion Votre désir de vous faire une opinion est essentielle : justement, vous évoquez des collègues qui vous vantent le Mon 810. Pour que votre information vous permette vraiment de vous faire votre opinion, je vous invite vivement à rencontrer des collègues qui sont en bio dans votre région, vous pouvez les trouver facilement en consultant le site de la confédération paysanne, par exemple. Egalement Nature et Progrès, qui oeuvre aux certifications en bio. Ceux ci vous apporteront leur pint de vue. En attendant, imaginez que vous soyez bientôt père, et qu'on vous propose d'inoculer dans les gènes de votre futur bébé, foetus pour le moment, des molécules, afin de prémunir votre futur enfant de tous risques de toutes maladies. En contrepartie, il ne vous ressemblerait pas, mais serait conforme en tous points aux autres enfants qui auraient subi le même traitement, mêmes traits de visage, mêmes cheveux, même taille, même caractère, reproduits à autant d'exemplaires, sans différence aucune. Accepteriez vous une telle uniformisation ? Seriez vous certain qu'il n'aura aucune maladie ? Ne craindriez vous pas qu'il soit déshumanisé, sans mémoire inconsciente, affaibli, affadi ? Serait-il même, dans ces conditions, encore votre enfant, celui qui s'inscrit dans une lignée, une histoire commune, le patrimoine génétique d'une famille? Vous qui êtes certainement attaché à toutes ces valeurs, accepterez vous qu'elles soient balayées pour un avenir incertain, et menaçant ? Souvenez vous des dégâts des pesticides : ce sont les mêmes qui proposent aujourd'hui les OGM. Leur ferez vous encore confiance ? Pourquoi ne pas vous convertir en bio ? Il y a une forte demande, et des aides pour passer le cap, les 2 premières années : passez le cap, vous serez entouré ! Bon courage
Si vous aviez regardé les précédents films de Mme Robin (notamment Blé : chronique d'une mort annoncée), ou bien entre ouvert le livre qui porte le même titre que le film sur Monsanto, livre assez peu tapageur je vous l'assure, vous auriez entrevu la critique qu'elle adresse à la révolution de l'agriculture intensive. Agriculture autorisée et intensifiée par les usages de produits chimiques développés autour de la seconde guerre mondiale. Agriculture qui produit beaucoup plus, mais permet surtout aux marchés solvables de manger plus de viande alimentée avec les céréales, et qui n'a pas changé grand chose dans les pays ou tout le monde ne mange pas. Le glyphosate du roundup est peut être moins dangereux que l'acide sulfurique mais peut être que ce dernier n'a pas été vendu avec la mention "biodégradable" ou "bon pour la nature" sans aucune indication de précaution d'emploi... Si vous aviez un peu lu ou regardé ces films, vous auriez vu ce que les épandages font à la santé des populations rurales en Argentine ou en Inde. Autre, l'enjeu des OGM, c'est plutôt le droit d'auteur que l'environnement. L'environnement, la première révolution agricole s'en est chargé : extension des monocultures et érosion des sols, pollution des nappes phréatiques par les pesticides, baisse des réserves d'eau, espèces en voie de disparition... Mais l'enjeu réside dans le brevet. Le grain, la plante, les récoltes n'appartiennent plus à celui qui travaille la terre, non, celui-ci devient un locataire d'une information détenue par une entreprise dont l'agriculteur n'a jamais vu le moindre visage. Ce gêne, cette "information" fait de la plante une propriété de la firme. Ce gêne, dans le ventre d'une vache, dans votre ventre, il appartient à une société. Ce gêne justifie que Monsanto finance une police privée ou encore un numéro vert pour dénoncer un voisin qui conserverait des graines contrairement à ce qu'indique le contrat qu'il a passé avec Monsanto. Enfin une question, que disent les documents de l'AFIS qui n'ait pas été déja dit par Monsanto ?
http://zoopolitikon.free.fr/labassijysuis_monsanto.mp3
Depuis mai 2007 , nous nous faisons promener ; des promesses , rien que des promesses ; ils font ce qu'ils veulent et sont d'une telle mauvaise foi que cela frise la folie et la démagogie ... En dehors des taxes qui n'étaient pas annoncées et qui pleuvent chaque jour , rien . Le pire c'est qu'ils n'attendent pas pour faire le contraire de ce qu'ils disent ; cela s'appelle de l'intoxication médiatique , car plus personne ne sait si ce qu'ils disent est vrai , puisq'il suffit de les écouter deux heures après pour les entendre prôner le contraire ...Les O.G.M ???? c'est comme tout le reste , on fait un Grenelle , pour calmer , puis on écrit quelques mois après , le contraire .... Nous sommes entre les mains d'irresponsables ; le pire c'est qu'il y en a encore pour quatre ans .. Que le temps est long !!!!!
Bravo pour cet article. Il y a vraiment un ton et un esprit Médiapart qui s'affirment, c'est très encourageant.
  • Nouveau
  • 02/04/2008 08:36
  • Par
ce canard est déchainé. Merci
  • Nouveau
  • 02/04/2008 18:47
  • Par
Merci pour cet article que j'ai recommandé sur mon blog( nadja, blog Nouvelobs). J'avais précédemment envoyé un post d'indignation. Au plaisir de vous lire...
  • Nouveau
  • 02/04/2008 18:48
  • Par
Merci pour cet article que j'ai recommandé sur mon blog( nadja, blog Nouvelobs). J'avais précédemment envoyé un post d'indignation. Au plaisir de vous lire...
S'il y a un moment dans la vie démocratique où le référendum puisse être utile et justifié, cela me paraît être le bon moment.
Je pense que toute décision qui engage la France et son peuple vers la voie de l'OGM, qui est une voie de non retour, il est bon de la préciser - ce sera une fois, pour toutes, devrait être soumis au vote référendaire.
Non seulement ce serait juste, mais en plus ce serait une bonne occasion de voir qui décide pour nous dans ce pays. Les citoyens ou les intérêts privés ?
--
http://blog.honorgate.net
"Mais ce n'est pas parce que je fréquente Monsanto, Novartis, Syngema et Limagrain..."....Syngema ????? ne serait pas une Organisation Graphiquement Modifiée où il faudrait lire Syngenta ? indi
Tout à fait d'accord avec Honorgate : le référendum semble s'imposer ici, dans la mesure où nos représentants bafouent l'opinion publique, majoritairement contre l'utilisation immédiate des OGM. Quelle autre façon avons-nous d'infléchir les choix, peut-être irréversibles, de nos dirigeants, qui impunément, retirent dans ce cas précis la souveraineté au peuple ?
honorgate et jjmontessuy, Je n'ai pas l'habitude de répondre à des subsistuts nominatifs pourtant j'approuve l'option référendaire que vous suggérez. Sans espoir, puisque la majorité parlementaire ne représente que le parti présidentiel disposant de la majorité absolue dans les deux chambres et ne souffrant pas la contradiction. De toute façon, comme la représentation nationale (majorité et opposition confondues) ne vit qu'en l'attente de nouvelles élections, de protéger ses acquis et de multiplier ses mandats, qui va s'insurger contre les lobbies des agriculteurs, céréaliers et autres membres de la FNSA ? dont la profession de foi est /: - Notre seul but : Nourrir la planête!!!! Amen.... En clair et en décodé : "Laissez nous encaisser les subventions, nous enrichir des pots de vin des gros semenciers américains grassement distribués à ceux qui acceptent de cultiver les OGM en plein champ et allez vous faire f..., vous et votre Grenelle de l'environnement " Les élus, eux, pas question de contrarier leurs électeurs, -" Circulez ya rien à voir, disent-ils et si vous n'êtes pas contents, changez de métier, de région, de vie, pliez bagage, voyagez, allez voir ailleurs, vous verrez ce qu'est la famine, les privations, la misère, alors vous reviendrez heureux de vivre dans un pays formidable même si vous et vos enfants devez en crever. Il ne restera plus aux votants qu'à se débarrasser de la chape de culpabilité qui leur colle à la peau et en bon mouton, ils iront bosser beaucoup d'heures en chantant : Merci, patron, merci patron...

VOTEZ EVA JOLY

Histoire de Monsanto, « La société la plus maléfique au monde... » (Partie 1/2)

 

De toutes les méga-sociétés folles furieuses, Monsanto a largement surpassé ses rivales, remportant le titre glorieux de la "[I]société la plus maléfique sur Terre[/I]" ! Non contente de siéger simplement sur son trône de mort au sommet d'une montagne de cadavres, elle continue de mettre au point de nouveaux moyens scientifiquement innovateurs pour nuire à la planète et à ses habitants…

 

http://www.crashdebug.fr/index.php/dossiers/10507-histoire-de-monsanto-la-societe-la-plus-malefique-au-monde-partie

 

Histoire de Monsanto, « La société la plus maléfique au monde... » (Partie 2/2)

 

Années 90 : Monsanto dépense des millions pour mettre en échec la législation nationale et fédérale qui refuse à la société du Mal de continuer à déverser de la dioxine, des pesticides et autres poisons cancérigènes dans les réseaux d'approvisionnement en eau potable. Quoi qu'il en soit, ils vont au tribunal d'innombrables fois pour avoir rendu malades des ouvriers d'usine, les habitants des zones environnantes et entraîné des malformations congénitales chez les bébés…

http://www.crashdebug.fr/index.php/dossiers/10524-histoire-de-monsanto-la-societe-la-plus-malefique-au-monde-partie-2-2

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale
A propos du vote du projet de loi OGM par le Sénat, mais aussi de manière plus générale, dès qu'il s'agit d'environnement, les associations écologistes sont promptes à dénoncer l'action des lobbies, sans forcément illustrer leurs propos par des exemples concrets. C'est de ce constat qu'est née l'idée de cette enquête, qui sera complétée dans les jours qui viennent avec le suivi des débats à l'Assemblée nationale et jusqu'à jeudi, date prévue de fin des travaux parlementaires sur le sujet.