Joseph, l'indic des RG qui fit tomber Geismar

Par
La Gauche prolétarienne attirait les policiers. Un complément des RG au livre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Gauche prolétarienne attirait décidément les policiers. « Nous avions recruté le numéro 3 ou 4 de l'organisation, qui était notre indicateur », affirme, pour Mediapart, un ancien inspecteur des Renseignements généraux (RG). « C'était le seul prolétaire parmi les dirigeants de la Gauche prolétarienne », ajoute le policier, aujourd'hui retraité, qui suivait de très près ce mouvement, entre 1969 et 1972.
« Cet homme est mort aujourd'hui. J'ai toujours refusé de parler de lui quand il était vivant », ajoute l'ex-inspecteur. Le policier précise le nom de celui qui fut la meilleure source de son service au sein de l'organisation maoïste. Mais il préfère que nous n'écrivions que le prénom et l'initiale de son patronyme, « par respect pour la famille ».
Joseph T., donc, était « un ancien membre des FTP (Francs tireurs et partisans, mouvement de résistance créé en 1941) et un ancien mineur qui avait été silicosé. Il avait besoin d'argent. Nous l'avons payé, très cher », poursuit l'ancien inspecteur. « Nous l'avions recruté comme militant de base, dans le Nord Pas de Calais, par le biais d'un ami d'enfance. Puis il est monté, monté dans l'organisation. Jusqu'au Comité exécutif, qui comptait une dizaine de membres. La plupart sortaient de l'Ecole normale supérieure, de la rue d'Ulm ».