Valls, au risque de la fracture à gauche?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nomination à Matignon, déflagration à gauche. Au lendemain d’une lourde sanction dans les urnes, François Hollande a finalement décidé de se séparer de Jean-Marc Ayrault, au profit de Manuel Valls (lire notre récit ici). Une option à laquelle se préparaient depuis plusieurs jours, sans y croire vraiment, de nombreux responsables à la gauche du PS et les écologistes. Désormais, le changement de premier ministre, sans changement de cap, est une nouvelle réalité pour ceux qui se désespèrent plus ou moins silencieusement des orientations du pouvoir élu en 2012, et espèrent non moins secrètement une remise en cause du socialisme de l’offre.