Avec le Yémen, l'Arabie saoudite militarise un peu plus sa diplomatie

Par

Au Yémen et face à l’Iran, l’Arabie saoudite a mis en œuvre une réplique en grand de son intervention à Bahreïn pour écraser le mouvement révolutionnaire en 2011. Un processus qui va modifier les rapports de force régionaux pour la décennie à venir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au Yémen, l’enchevêtrement de conflits en cours connaît un nouveau développement depuis le début de l'opération « Tempête décisive », jeudi 26 mars, au cours de laquelle l’Arabie saoudite bombarde les rebelles zaydites (branche minoritaire du chiisme) houthis. Mardi 31 mars, le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) a annoncé qu’au moins 62 enfants ont été tués et 30 autres blessés dans les combats depuis une semaine. « Les combats ont gravement endommagé les services sanitaires les plus rudimentaires ainsi que le système éducatif », détaille l’Unicef, qui évoque par ailleurs « l’insécurité alimentaire généralisée et la malnutrition » comme problèmes affectant les plus jeunes. Six civils ont en outre trouvé la mort mardi, brûlés vifs après les bombardements saoudiens. Mercredi, l'ONG Action contre la faim appelait de son côté la communauté internationale à « reconnaître la sévérité de la crise humanitaire » qui s’amplifie au Yémen, ainsi qu'à la mise en place d'« une assistance humanitaire massive et rapide ». Le conflit a également conduit les premiers Yéménites à s’expatrier.