Le Pen fille et père attaquent Macron sur tous les tons

Par et

Les fâcheries familiales sont mises de côté. Jean-Marie Le Pen, devant la statue de Jeanne d'Arc, puis Marine Le Pen, en meeting à Villepinte, ont concentré leurs tirs sur Emmanuel Macron. Sur tous les tons et tous les sujets, avec le renfort de Nicolas Dupont-Aignan.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il n’est désormais plus question de programme, mais d’une mobilisation guerrière contre le « mondialisme » et l’« islamisme », et contre leur candidat, Emmanuel Macron. Ce 1er Mai, Marine Le Pen a acté le tournant de sa campagne de l’entre-deux-tours. Oubliée la sortie de l’euro, oubliée la grande rupture avec la « prison de l’Union européenne ». Pour la candidate de l’extrême droite, qui a tenu lundi à Villepinte son dernier grand meeting de campagne, l’heure est désormais à la mise en scène de « la France patriote » contre le candidat de l’étranger, celui « de l’arrogance, de la finance et de l’argent ».