Le Pen fille et père attaquent Macron sur tous les tons

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il n’est désormais plus question de programme, mais d’une mobilisation guerrière contre le « mondialisme » et l’« islamisme », et contre leur candidat, Emmanuel Macron. Ce 1er Mai, Marine Le Pen a acté le tournant de sa campagne de l’entre-deux-tours. Oubliée la sortie de l’euro, oubliée la grande rupture avec la « prison de l’Union européenne ». Pour la candidate de l’extrême droite, qui a tenu lundi à Villepinte son dernier grand meeting de campagne, l’heure est désormais à la mise en scène de « la France patriote » contre le candidat de l’étranger, celui « de l’arrogance, de la finance et de l’argent ».