Grand débat: la vengeance mesquine de Macron

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On a beau savoir que les institutions de la Ve République, celle du « coup d’État permanent », confèrent au chef de l’État des pouvoirs exorbitants et génèrent constamment des abus d’autorité, l’inélégance d’Emmanuel Macron n’en retient pas moins l’attention. Le président pourrait ainsi se venger de Chantal Jouanno, qui n’a pas obtempéré à ses oukases ces derniers mois, en supprimant la Commission nationale du débat public (CNDP) dont elle est la présidente.