Chômage: le grand fiasco des contrats de génération

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« La réconciliation des âges, la solidarité entre les générations ». Au Bourget, en 2012, François Hollande avait le verbe haut et la fougue d’un candidat en campagne. Le contrat de génération, son bébé pour l’emploi, était un coup à trois bandes, censé résoudre tout à la fois le chômage des jeunes, celui des seniors, ainsi que la question de la transmission des savoirs et des compétences. Les objectifs étaient même chiffrés : 500 000 contrats de génération devaient être signés sur cinq ans, selon l’étude d’impact préalable au projet de loi, publiée en décembre 2012.