« Je suis un vieux poulet. J’étais déjà là quand on s’appelait DST, j’étais encore là quand c’est devenu la DCRI, je suis toujours là maintenant que cela se nomme la DGSI. Ce n’est pas une mauvaise boutique mais, au fil des ans, elle a multiplié les strates. On a créé des structures fantômes pour pouvoir caser des commissaires. Il y en a trop. La DGSI, c’est le système Gamelin… »