Paperasse et politique du chiffre

Par

Alors que la commission d’enquête parlementaire sur les attentats de 2015 boucle ses auditions jeudi avec celle du ministre de l’intérieur, Mediapart achève son enquête sur le quotidien des services. Récit d’une année durant laquelle l’apocalyptique a côtoyé le dérisoire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

 « Je suis un vieux poulet. J’étais déjà là quand on s’appelait DST, j’étais encore là quand c’est devenu la DCRI, je suis toujours là maintenant que cela se nomme la DGSI. Ce n’est pas une mauvaise boutique mais, au fil des ans, elle a multiplié les strates. On a créé des structures fantômes pour pouvoir caser des commissaires. Il y en a trop. La DGSI, c’est le système Gamelin… »