Des documents confirment l'espionnage de l'Allemagne par les Etats-Unis

Par , et Julian Assange (Wikileaks)

Seule ou avec l’aide du renseignement britannique, la NSA a écouté la chancelière Angela Merkel, un de ses collaborateurs et les ministres les plus en vue. Une liste de 70 numéros a été établie.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Un étrange monde où même les meilleurs amis se surveillent et s’espionnent : à nouveau, c’est cette drôle d'impression qui se dégage des documents inédits publiés par Mediapart, Libération et la Süddeutsche Zeitung, en collaboration avec Wikileaks.

Comme le prouvent deux relevés d’interception de la NSA datant de 2011, l’agence américaine a surveillé les plus hauts dirigeants allemands, dont la chancelière Angela Merkel et un de ses proches collaborateurs. Ces interceptions étaient effectuées par la NSA elle-même ou sous-traitée aux services secrets britanniques, indéfectibles partenaires du renseignement états-unien.

Dès 2002, la NSA a par ailleurs placé sous écoute plusieurs ministères clés – finances, économie, agriculture. Comme le prouve une liste de 70 numéros de téléphone surveillés par la NSA, les écoutes étaient méthodiques. Les lignes fixes de ministres, collaborateurs et chefs de service s’occupant de dossiers sensibles ont été surveillées. De même que les standards téléphoniques. Ces écoutes, déclenchées en 2002, ont sans doute été reconduites par la suite, comme c’est souvent l’usage à la NSA. Selon la Süddeutsche Zeitung, ces écoutes remonteraient même aux années 1990 : le nom (raccourci) de l'ex-ministre de l'économie de Gerhard Schröder, Oskar Lafontaine, figure aussi sur ces listings.

Pour le renseignement américain, les cibles allemandes sont prioritaires. Pour toutes ces cibles, même le moindre chef de bureau, la NSA fixe une priorité « 2 », c’est-à-dire très haute. À titre de comparaison, sur la liste française, seuls le portable de Nicolas Sarkozy et la ligne de la cellule Afrique de l’Élysée figurent au même niveau de priorité – les ministres français ou le « téléphone rouge » entre Matignon et l’Élysée ne sont classés qu’en priorité « 3».

Le plus cocasse est qu’au même moment, les services secrets allemands, le BND, collaboraient de leur côté avec la NSA américaine pour écouter des cibles terroristes mais aussi des dirigeants français, belges ou autrichiens.

Angela Merkel présente un téléphone Blackberry sécurisé © Reuters Angela Merkel présente un téléphone Blackberry sécurisé © Reuters

En Allemagne, où les révélations des documents Snowden à l’été 2013 avaient reçu un écho considérable, ces nouvelles écoutes devraient déclencher une vive polémique. Et faire monter la pression sur le gouvernement d’Angela Merkel, qui s’est toujours refusé à hausser le ton contre le grand allié. Sollicitée par Mediapart et Libération ce mercredi, la Chancellerie à Berlin s’est refusée à tout commentaire.

Les deux relevés d’écoutes consultés par Mediapart datent de la fin de l’année 2011, au plus fort d’une crise européenne majeure, où se jouait, déjà, le sort de la Grèce dans la zone euro. L'un de ces documents, celui qui concerne la chancelière Angela Merkel, est classifié « gamma », c’est-à-dire ultra-sensible dans le jargon de la NSA. Seuls les fameux « five eyes », ces cinq États qui espionnent de concert (États-Unis, Canada, Royaume-Uni, Australie, Nouvelle-Zélande), y avaient accès.

L’un de ces documents confirme que la chancelière était bien sous surveillance, comme l’avait révélé la presse allemande en 2013. Jusqu’ici, les circonstances et le contenu de ces interceptions n’étaient pas connus. Cette fois, la note de la NSA, intitulée « Crise de l’eurozone : Merkel hésitante sur la solution aux problèmes grecs », montre que les conversations les plus sensibles et les plus privées de la dirigeante allemande ont pu être écoutées.

Ce 11 octobre 2011, à quelques jours d'un accord de recapitalisation des banques grecques qui divise alors l'Europe et sa propre majorité, Angela Merkel discute ainsi avec son « assistant personnel » – dont le nom n’est pas cité. Avec ce collaborateur, la chancelière est en confiance.

Le câble de la NSA dépeint une Angela Merkel « perplexe », qui a des doutes sur les solutions envisagées pour sauver la Grèce – un embarras qui tranche avec l’image inflexible qui lui est souvent accolée. Faut-il réduire la dette privée (un « haircut », en jargon financier), au risque de léser les banques ? Ou renforcer la solidarité financière entre les États, ce que refuse une grande partie de l’opinion allemande ? Merkel semble hésiter. « La crainte de Merkel est qu’Athènes serait incapable de surmonter ses problèmes même avec un nouvel "haircut", étant donné que le pays ne serait pas capable de surmonter la dette restante. De plus, elle doute qu’envoyer des experts financiers en Grèce permettrait de ramener le système financier grec sous contrôle », rapporte la note de la NSA. 

La chancelière passe en revue les positions de Nicolas Sarkozy, José Manuel Barroso ou Christine Lagarde, et juge nécessaire de lancer une taxe européenne sur les transactions financières « pour rétablir une forme d’équilibre avec le sauvetage des banques ». Elle évoque aussi le cavalier seul de son ministre des finances Wolfgang Schäuble, qu’elle tente de « freiner ». Près de quatre ans plus tard, alors que la Grèce est en défaut de paiement et risque de quitter la zone euro, cette tension entre Merkel et Schäuble est plus que jamais palpable.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale