Bouches-du-Rhône: l’armée se fait voler des lance-roquettes

Par

Un pilleur de train a mis la main sur quatre lance-roquettes antichars dans un convoi de fret. Les armes ont été retrouvées avant qu’elles ne soient vendues.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Incroyable histoire de vol de lance-roquettes et de munitions militaires sur les voies de chemin de fer. Un jeune homme de 23 ans a été mis en examen, vendredi 30 juin, à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), pour vol aggravé, détention et transport d’armes de guerre.

L’affaire commence le dimanche précédent, lorsqu’un train de marchandises ordinaires part de Miramas (Bouche-du-Rhône), commune connue pour accueillir l’établissement militaire principal des munitions de Provence. Il doit se rendre à Brienne-le-Château (Aube), où se trouvent une base aérienne et un arsenal. Sur le parcours, les agents de la Suge (la Surveillance générale de la SNCF) se rendent compte qu’un des wagons contenant de l’armement militaire a été ouvert, car les scellés en plombs ont été brisés. Quatre lance-roquettes antichars et quatre caisses d’obus dits flèches, qui sont conçus pour pénétrer les blindages, ont été volés.

Lire la suite sur le site du Parisien.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale