En panne d’alliances, Benoît Hamon espère relancer son mouvement

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Grenoble, envoyée spéciale.– Ce nouveau départ sera-t-il le bon ? Après le meeting de lancement du mouvement, le 1er juillet 2017 à Paris, et la convention pour lui donner un nom, en novembre dernier au Mans, c’est la troisième fois en un an que Génération.s se réunissait, samedi et dimanche, sous le soleil de Grenoble. But de l’opération, qui a rassemblé 1 500 militants dans une salle de concert située à deux pas du quartier de la Villeneuve : sortir des débats internes pour tenter d'occuper un espace politique, aujourd'hui saturé, entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon.