Le fructueux trafic des fréquences audiovisuelles

Par

Attribuée gratuitement par le Conseil supérieur de l'audiovisuel, la chaîne Numéro 23 a été revendue par Pascal Houzelot 88,5 millions d'euros à NextRadioTV, qui elle-même va être croquée par le milliardaire Patrick Drahi (SFR, Numericable, Libération, L'Express...). Enquête sur cette pratique de l'État, qui consiste à livrer une ressource publique rare aux appétits privés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans un pays comme la France, qui proclame son attachement aux valeurs de la République, imagine-t-on qu’un investisseur puisse obtenir à titre gratuit, avec la bénédiction de la puissance publique, une fréquence audiovisuelle et la revendre moins de trois ans plus tard pour 88,5 millions d’euros ? Peut-on concevoir que ce tour de passe-passe autour d’une chaîne de télévision ait été organisé avec l’appui d’une bonne partie du gotha parisien des affaires, en alliance avec un oligarque russe dont les capitaux ont transité par Chypre ? Peut-on croire que cette opération ait été menée en association avec une personnalité qui a longtemps été le conseiller de l’actuel chef de l’État pour les médias et la communication ? Peut-on imaginer, en somme, qu’un trafic de fréquences audiovisuelles soit possible, apportant à son organisateur un formidable enrichissement sans cause ?