Pourquoi l'affaire Pérol est loin d'être close

Par
L'enquête préliminaire sur lesconditions de nomination de l'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée,François Pérol, à la tête du groupe Banque populaire-Caisse d'épargne (BPCE), aété classée sans suite vendredi 28 août. Mais l'affaire Pérol est bien loin d'être close: les syndicats et les associations, à l'origine de cette procédure, peuvent maintenant relancer leurs plaintes pour prise illégale d'intérêts et se constituer partie civile. Le syndicat Sud Caisses d'épargne a été le premier à faire savoir mercredi qu'il avait pris cette décision.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est évidemment tout sauf une surprise: l'enquête préliminaire sur les conditions de nomination de l'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée, François Pérol, à la tête du groupe Banques populaires-Caisse d'épargne (BPCE) a été classée sans suite vendredi 28 août. C'est l'AFP, mardi 1er septembre dans l'après-midi, qui a donné l'information. L'ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy n'est pourtant pas au bout de ses peines car de nouvelles plaintes pour prise illégales d'intérêt pourraient être déposées contre lui.