OPA de l’Eglise catholique sur la décroissance

Par
L'Eglise catholique s'intéresse très ouvertement à l'écologie radicale : l'association «Chrétiens et pic de pétrole» organise un grand colloque à Lyon en novembre intitulé « objection de croissance et christianisme » dans le but manifeste de jeter des ponts entre les contempteurs de la croissance économique et les chrétiens hexagonaux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Décroissance : le terme est aujourd'hui familier au-delà des cercles restreints des écologistes radicaux. Ce « mot obus » selon Paul Ariès, l'une des principales figures de ce mouvement de pensée en France, désigne une culture politique assez diverse réunie par son antiproductivisme et son anticonsumérisme. Pour les « objecteurs de croissance », il faut sortir de la logique du toujours plus (d'argent, d'objets, de travail, de compétition...) pour privilégier les biens communs, les solidarités, le respect de la nature. Un « socialisme gourmand », souhaite Ariès. Indéfectibles écologistes, les décroissants s'inscrivent pour beaucoup dans une démarche anti-capitaliste. Mais pas tous et pas seulement.