Dans les coulisses de la justice de Dieu

Par Daphné Gastaldi et Mathieu Périsse (WE REPORT)

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour Martin*, la justice canonique ressemble d’abord à un coffre-fort. Une armoire verrouillée, aperçue dans un bureau de l’archevêché de Lyon. Victime du père de Morand en 2008, le jeune homme se rend ce jour-là à l’officialité, le tribunal du diocèse. Il souhaite obtenir une copie de son dépôt de plainte canonique. Du coffre-fort ouvert sous ses yeux, l’official, équivalent religieux d’un président de tribunal, ne sortira qu’un maigre dossier. « Quelques notes et une audition », se souvient-il.