Dans « À l’air libre », les politiques face à Mediapart

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

Qu'il est dur de ne plus être dans l'entre soi du conseil d’administration de Total en 1970 (tout masculin, je prends le pari) !

Qu'il est atterant de voir des gens n'ayant que les mots respect de la différence et altérité à la bouche ne jamais se confronter aux autres....

Mais on y est, non ? De l'autre cote du miroir en tout cas.

Diversite, c'est diversite. Il n'y a pas beaucoup de signification "alter" au mot. Quand 50% de l'humanite n'est plus represente dans un panel de critique de la societe vous avez simplement bascule de l'autre cote du miroir.

Et vous regarder vous contortionner afin de prouver le contraire est un spectacle aussi drole que de voir un chat  avancer a reculons avec une chaussette sur la tete... 

MONTÉE DU FASCISME : QUE FAIRE ? | LUDIVINE BANTIGNY & UGO PALHETA, JULIEN THÉRY © Le Média

5 participants 4 femme 1 queen "non binaire"

Vous parlez de quoi au juste avec ce commentaire débile ? 5 participants à quoi ?

  • Nouveau
  • 31/10/2021 02:26
  • Par

On est dans un certain biais cognitif :

woke/wokisme = A pris conscience, ou, 2nd sens, Hypocrisie.

Cancel culture : Réaction de rejet, rejet en réaction 

Le français est très clair, alors pourquoi adopter les termes des sub-cultures media/politiques US/UK ?

Il s'opère exactement une paupérisation des raisonnements avec ces termes "valises". Rien de tel qu'une méta-discussion en la compagnie de ces mots pour ne plus rien comprendre à rien, ou commettre des erreurs.

Pourtant un chat est un chat...

Misère... 

C'est tout le problème des frimeurs qui se croient supérieurs en ignorant la langue française, alors qu'ils sont en fait des ânes-alpha-bêtes quelque part...

(Pardon pour les ânes à 4 pattes qui sont très intelligents. J'évoque seulement la légende qui leur colle à la peau.)

Tout de meme...

Cela fait longptemps qu'aucune redaction digne de ce nom n'aurait ose propose une critique de la societe avec un parterre uniquement compose d'hommes, et si elle le faisait se serait attire de justes foudres critiquant une vision etriquee. 

Comment donc ne pas le faire ici ?  

Mediapart assume totalement son biais ideologique sur la societe et ne supporte plus de le voir debattu ou meme mitige. 

Je pense qu'il en sont conscients, mais on est dans la "pas d'omelette sans caser d'oeufs," et comme l'ennemi de l'humanité c'est l'homme blanc, allons y gaiement

mais ca reste drôle de voir des gens parler de "grands témoins" quand 50 % de l'humanité ou presque avec le gars non binaire en est exclu

mais avec mona chollet qui a au moins la gentillesse de reconnaitre qu'une femme, au bout du désespoir le plus vil, sans force ni ressource morale, vaincu par sa génétique, incapable de comprendre les amours saphiques - car seule une femme connait le corps d'une femme -, ne voyant pas la beauté du lesbianisme politique  puisse aimer un homme (beurk)

vas-y la censure tu peux y aller, même pas mal :-)

J'ai cru voir Sandrine Rousseau (en passant en accéléré pour voir qui était là). Elle aurait donc changé de sexe ?

"Les politiques face à MDP" ou DES politiques face à MDP ?...

Quoi que fasse ou dit MDP je sais maintenant que c’est orienté ! MDP ne veut pas de la vraie gauche mais simplement la gauche centriste autrement dit la droite déguisé 

Le conte rendu fait par Monsieur Plenel de la réponse de JLM à ce journaliste explique tout ! Bien triste tout ça ! Si les fachos arrivent au pouvoir certains pourront s’en mordre les doigts !

Le surfing sur la "vague de toutes les colères", image-concept non dialectique de tous les populismes, qu'ont entretenu le populisme de droite et d'extrême-droite (l'insécurité, la peur de l'autre), tout autant que le populisme de pseudo-gauche (comme si les droits de l'existence pouvaient être situés sur le même plan d' Indignité du pathos de rejet populiste). Le populisme est une "grammaire" où le message totalitaire est contenu dans la forme. La gauche ne peut pas être "populiste".

Le problème de tous les candidats de la gauche classique est leur incapacité à nommer les véritables problèmes : la montée du fascisme (il n'utilise jamais le terme "fascisme" parce qu'ils sont sourds aux analyses contemporaines du fascisme), la lutte contre les bulles algorithmiques sur les réseaux sociaux (bien souvent parce qu'ils s'en servent...), rappeler que nous sommes le pays le plus nucléarisés au monde et donc que statistiquement il y a de fortes probabilités que le prochain accident grave ait lieu en France (certains sont encore pour le nucléaire même au regard du coût exorbitant écologique et économique de cette technologie, voire le gouffre financier du EPR...), la re-actualisation de la lutte de classe (beaucoup sont extrêmement frileux pour en parler avec les justes mots), le néo-management agressif et fascisant (il existe pourtant de bons ouvrages sur le sujet, lisent-ils ?), le coût énorme des dégâts liés au réchauffement climatique, l'agressivité sociale du système de "management" du chômage contemporain, etc. Bref. Tous les candidats me semblent à chaque fois à côté de la plaque quand je les écoute.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous