Le chantier du groupe Vinci pour l'université de Paris-7 menace de tourner au scandale

Par

Sur le papier, le chantier conduit par le groupe Vinci pour l'université Diderot (Paris-7) devait être un modèle du genre. C'est le premier partenariat public-privé de cette ampleur dans l'enseignement supérieur. Mais à l'arrivée, désastres et scandales pointent le bout de leur nez: constructions au rabais, organismes de contrôle court-circuités, valse permanente des chiffres, ententes officieuses… Premier volet de notre enquête sur l'histoire du PPP de Paris-7.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce devait être une bien belle rencontre entre un groupe major du BTP et une université de classe internationale. Sur le papier, le chantier mené par Vinci pour l'université Diderot (Paris-7), qui consiste à construire quatre bâtiments de salles de cours et de locaux administratifs, promettait d'être un modèle du genre.