Ce devait être une bien belle rencontre entre un groupe major du BTP et une université de classe internationale. Sur le papier, le chantier mené par Vinci pour l'université Diderot (Paris-7), qui consiste à construire quatre bâtiments de salles de cours et de locaux administratifs, promettait d'être un modèle du genre.