Florange: le compromis avec Mittal déçoit les salariés

Par

Ni nationalisation ni vente des hauts-fourneaux de Florange par Mittal. C'est la voie du compromis qui a été choisie par Matignon en signant vendredi 30 novembre un accord avec le géant de l'acier. Ce dernier s'engage à investir 180 millions d'euros sur cinq ans et à ne pas faire de plan social. Pour les syndicats, la déception est énorme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après dix jours de joutes ultra-médiatisées entre l'exécutif et l'industriel indien Lakshmi Mittal, et quelques heures avant l'expiration du délai, le premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé, vendredi 30 novembre depuis Matignon, qu’un accord avait été conclu à l'arraché entre les deux parties pour garantir le maintien de tous les emplois sur le site sidérurgique de Florange en Moselle.