Karachi: Sarkozy coincé, Léotard fragilisé

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est donc un « abus de biens sociaux » validé par les plus hautes autorités de l'Etat. L'enquête des juges Van Ruymbeke et Le Loire sur les ventes d'armes au Pakistan et à l'Arabie saoudite a précisé, en décembre 2011, les responsabilités de l'ex-ministre de la défense, François Léotard, dans le choix des intermédiaires au cœur de l'affaire, et de l'ex-ministre du budget, Nicolas Sarkozy, dans la gestion financière des contrats en cause.