Affaire Pérol: un banquier passe aux aveux

Par

Dernier volet de notre enquête sur l'affaire Pérol : parmi de nombreuses auditions réalisées par la police judiciaire, celle de Bernard Comolet, éphémère patron des Caisses d'épargne, pourrait être fatale à François Pérol et contribuer à son renvoi en correctionnelle pour prise illégale d'intérêt. Le banquier a révélé tous les détails du coup de force organisé à l'époque par l’Élysée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’instruction judiciaire réalisée pour percer les mystères de l’affaire Pérol est décidément hautement instructive : elle permet de comprendre les charges qui pourraient être retenues contre le patron de BPCE, François Pérol, si le juge Roger Le Loire décidait son renvoi devant un tribunal correctionnel pour y être jugé du chef de prise illégale d’intérêt (lire le premier volet de notre enquête Affaire Pérol : quand la justice se libère de ses entraves 1/3). Mais elle permet aussi – chose rare – de pénétrer dans les coulisses du capitalisme parisien et de comprendre quels en sont les codes et les mœurs.