«Maintenant, le policier sert de punching-ball»

Deux policiers ont été blessés le 31 décembre à Champigny-sur-Marne, et un autre le 1er janvier à Aulnay-sous-Bois. La vidéo d'une gardienne de la paix rouée de coups a suscité un grand émoi sur les réseaux sociaux comme dans la classe politique. Si ces agressions suscitent une surenchère des syndicalistes, certains fonctionnaires de police l'accueillent avec fatalisme.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

La viralité des réseaux sociaux a amplifié l’affaire. Les vidéos se sont propagées. Pourtant, en l’espèce, les mots se suffisent : une femme à terre a été rouée de coups par une dizaine d’individus parce qu’elle est policière.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal