L'étrange «crève-cœur» de Vincent Peillon

Par
Bien qu'il l'ait atténuée depuis, la déclaration de l'eurodéputé PS sur son investiture «contre son gré» étonne. Désigné tête de liste aux européennes dans la circonscription Sud-Est, il assure qu'il aurait préféré l'être dans «sa région», la Picardie, où il fut élu député, et donc dans la zone Nord-Ouest. Une région dont il s'est pourtant retiré à l'issue du congrès de Reims. Hormis mettre de l'huile sur le feu d'une cohabitation nouvelle avec Martine Aubry, on ne comprend guère les raisons d'une telle déclaration. Parti pris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vincent Peillon est un des grands talents actuels du PS. Un universitaire dont la pensée et les livres apportent au débat politique de fond, ce qui est déjà assez rare pour être souligné (lire d'ailleurs notre longue interview-vidéo sur son dernier ouvrage). Mais on ne parvient pas à comprendre les raisons de sa "sortie" contre son investiture en tête de liste aux prochaines européennes, dans la grande circonscription Sud-Est (détail des listes sous l'onglet "Prolonger").