Le candidat Hollande affine sa méthode de gouvernement

Depuis des mois, le socialiste multiplie les contacts avec les fameux « corps intermédiaires » décriés par Nicolas Sarkozy. Sur certains sujets, et en toute discrétion, les négociations sont même très avancées en prévision d’une victoire de la gauche le 6 mai. Enquête sur une méthode qui soulage les syndicats, essorés après cinq ans de sarkozysme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nicolas Sarkozy veut les rayer de la carte pour se poser seul, face au peuple. François Hollande, lui, veut les encourager et en faire un pilier de la démocratie. Eux, ce sont les «corps intermédiaires», les syndicats, partis politiques, associations, parfois englobés dans la vaste appellation de «société civile». Depuis sa désignation comme candidat du PS, le député de Corrèze multiplie les rencontres, les discussions, voire les négociations avec les grandes confédérations syndicales, les syndicats de l’enseignement et, plus étonnant, les militants écologistes de Greenpeace ou de l’association Négawatt.