Nicolas Sarkozy, quand ça veut pas...

Par

Le président comptait sur l'officialisation de sa candidature pour reprendre la main sur la campagne. Las. Deux semaines après, la proposition de François Hollande de taxer à 75 % les rémunérations supérieures au million d'euros occupe pendant trois jours l'agenda médiatique, et le déplacement de Nicolas Sarkozy à Bayonne vire au fiasco.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On allait voir ce qu'on allait voir. Nicolas Sarkozy entrant en campagne, ce devait être l'explosion. Une idée par jour, le match relancé, l'inversion des courbes sondagières quasi assurées. C'était il y a quelques semaines... Et depuis ? Depuis le 15 février, quand l'alors président a dit « oui » à Laurence Ferrari, au 20 heures de TF1 ? Rien ne va comme prévu. Après un léger frémissement, les sondages continuent invariablement de donner François Hollande vainqueur par K.O. au second tour de l'élection présidentielle, avec un écart très largement supérieur à la marge d'erreur.