Gilles Boyer: «On ne combat pas le FN en tentant d’être plus à droite que lui»

Par

Dans son livre Rase campagne, l’ancien « bras gauche » d’Alain Juppé raconte les coulisses d’une primaire dont il a dirigé la campagne et où tout s’est passé comme prévu, sauf la fin. Pour Mediapart, il revient sur le scrutin qui a vu perdre son champion, mais aussi sur la « radicalisation » de la droite, l’affaire Fillon (il vient de démissionner de son poste de trésorier de la campagne), la candidature de Macron et le risque FN.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il était son bras droit, mais préférait se présenter comme son « bras gauche ». Pendant quinze ans, Gilles Boyer a travaillé dans l’ombre d’Alain Juppé, à Bordeaux d’abord, au ministère de la défense et à celui des affaires étrangères ensuite, à la direction de la campagne de la primaire, enfin. Pour lui, il a tout planifié, tout calculé, tout scruté, tout envisagé. Excepté l’inenvisageable : la victoire de François Fillon au scrutin de novembre. Depuis lors, Gilles Boyer avait disparu. Ses blagues, distillées sur Twitter pendant deux ans, se faisaient plus rares. À peine s’était-il amusé à glisser, au lendemain du second tour, un #AJ2022 que certains ont réussi à prendre au sérieux.