A Rennes, qu’ils soient élus ou gilets jaunes, les déçus du macronisme cherchent un port d’attache

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rennes (Ille-et-Vilaine), envoyée spéciale.– La pièce est plongée dans le noir et le silence. Tous les yeux sont rivés sur les images d’une femme « gilet jaune » traînée sur plusieurs dizaines de mètres par deux policiers. La scène, projetée en ce lundi soir de février dans une salle municipale de Domagné-Chaumeré, a été filmée un mois plus tôt dans les rues de Rennes, à une trentaine de kilomètres d’ici, en plein « acte X » du mouvement fluorescent. Les images s’arrêtent, la lumière se rallume. « C’est scandaleux, souffle Noël, un artisan-boulanger qui manifeste depuis plusieurs semaines. Les agressions physiques ou verbales, c’est tous les samedis. »