Mediapart rend son indépendance irréversible

Par , , et Marie-Hélène Smiejan-Wanneroy
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

En fait c'est le code du BUREAU DE VOTE !!grrrrr
Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
Les codes postaux sont en fait des codes insee

Ouaip mais la participation à ce référendum est possible pour les citoyens inscrits sur une liste électorale...frown

...définitivement perdu confiance ...

on en est arrivé aux gesticulations de la bête à l’hallali ???

avec vos fifrelins , faites tt ce que voulez ou pouvez, ms le MDP d'origine a sombré... et les ronds bien protégés ne changeront rien aux embauches de demi-portions, de partisans, et surtout de zozos incapables d'aligner 3 mots en français (ms ils se disent "journalistes") ...

JUSTE UNE "DERNIERE" QUESTION :

combien est-on encore parmi les abonnés de mars 2008 ?

les innombrables nouveaux abonnés se croient sur facebook et s'interpellent en se liguant contre leurs contrastes ...

triste fin, ms il vs reste la possibilté de transformer vos vidéos en télé-réalités bien cochonnes pr augmenter encore la quantité de votre cheptel/affidés!!!!

dommage.... ,

ms plenel ns a déjà fait le coup avec le monde (détruit pr longtemps)

bon courage aux "anciens"

 

 

 

 

Ce ne sont pas les codes postaux mais les codes INSEE !

Alors oui c'est pour nous embrouiller, mais ne nous faisons pas avoir : sélectionnez le nom de votre commune et ne vous préoccupez pas du code.

(Bon, pour ma part il faut déjà que je me réinscrive sur les listes électorales)

Si ce 10% est réel, ça n'est pas si mal en 1/18 (5,5%) de la période de neuf mois qui s'ouvre.
En consultant la liste nominative, j'ai aussi constaté l'absence (provisoire, espérons-le) de plusieurs signataires que je connais. Donc, on continue!

Oui ç est pour cela que je le souligne. 

J ai validé avec le code postal faux de ma commune sinon ça ne passait pas et j ai envoyé un message à la Présidente de ma région (PS) pour le signaler et lui demander si cela risque d invalider mon soutien. Toujours pas de réponse depuis 15 jours.

Non, les codes Insee peuvent différer des codes postaux

Bonjour, on ne peut pas dire que vous abusiez de la "tête de gondole" ...et j'étais cependant assez fan d'Alberteins, qui me manque comme Lancêtre me manquerait cry

Cependant, je suis encore plus nul que ThomasL (qui me pardonnera cet odieux raccourci, j'espère) et je n'arrive à rien en étant parti de nulle part... 

The Beatles - Help! © TheBeatlesVEVO

La NEF et ses amis anthroposophes vous voulez dire ??

voir l'article du Monde diplomatique : L'anthroposophie, multinationale de l'ésotérisme...

Ne pas confondre «emprunt» et «empreint». Voir ici.

Attention, il ne s'agit pas du code postal de votre commune, mais de son code Insee (ce code devrait s'afficher quand vous tapez le nom de votre commune). Pour ce qui est de l'identification,  il faut reproduire in extenso (donc avec tous vos prénoms dans l'ordre) celle  figurant sur votre carte électorale. Nom de jeune fille pour les femmes mariées. 

 

Bravo pour la grande liberté de penser que vous n'accorde qu'à vous-même, et encore ça n'est pas tout à fait sûr! Cela prouve en tous cas que vous connaissez le mouvement aussi peu que celui qui a écrit l'article auquel vous faites référence. Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose. Mais pas l'essentiel.

Non, tout ce qu'on peut dire est qu'il n'y a que 10% à avoir signé ET dont la signature a été prise en compte. J'ai signé et ma signature n'a pas été prise en compte, j'ai fait une réclamation, pour le moment sans effet... et ça ne m'étonnerait pas qu'il y ait beaucoup de gens qui ont signé et qui s'imaginent que cela suffit, et dont le vote ne sera pas pris en compte....

Quand vous avez fait votre réclamation, on vous a répondu ? Parce que moi je l'ai faite et pas de réponse...

Idem sur l'Oise impossible de voter§!

Autant crier dans le désert.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
C’est le code INSEE qui est requis. Pas le code posta

Ce n'est pas le code postal de votre commune qui est proposé mais le code INSEE qui est légèrement différent. 

Donc n'insistez pas à vouloir inscrire votre code postal !

Dans le doute, vous pouvez faire une recherche Internet en demandant le code INSEE de votre commune et vous verrez que c'est le même que celui qui vous est proposé sur le site du ministère de l'intérieur. 

Merci, manque de vigilance de ma part. Je corrige immédiatement.

La NEF en partenariat avec le Crédit Coopératif adossée à et représentée par... la BPCE...

Pas facile d'avoir sa petite banque honnête. cool

Les anthroposophes et la célèbre marque Weleda qui a le vent en poupe dans toutes les pharmacies un peu in et les supérettes bio...

C'est le code INSEE de l'adresse, pas le code postal. . Normalement il apparait automatiquement quand on déroule le menu. Essayer avec Firefox, je n'ai pas eu de problème.

Cela ressemble à l'éternel sanglot des vieux cons, depuis au moins Platon.

Il ne s'agit pas de codes postaux mais de codes administratifs du ministère de l'intérieur. Cordialement
Il ne s'agit pas de codes postaux mais de codes administratifs du ministère de l'intérieur. Cordialement
Déjà signé

?

Vous seriez débordé, Fox ? Dommage. Vos intervention sont si intéressantes.

C'est un peu hors-sujet: il s'agit de MDP dans cet article. Mais bon, c'est vrai que c'et important aussi. C'est relayé sur reuters et sur Libé.

Surtout s'assurer qu'il n'y a pas de limites arbitraires au déblocage des fonds en cas de nécessité ! Les comptes des particuliers sont garantis jusqu'à cent-mille euros. Quid pour une entreprise ? Je dis peut-être une bêtise....

https://blogs.alternatives-economiques.fr/gadrey/2019/06/19/le-referendum-sur-les-aeroports-de-paris-est-essentiel-non-pas-d-abord-contre-macron-mais-pour-l-interet-general-et-la-reappropriation-de-l-avenir

Après l'article, le guide que je recopie ci-après est proposé.

Munissez-vous de votre carte nationale d'identité (CNI) ou passeport

  1. Cliquez sur le lien : https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1
  2. Cliquez sur case " je soutiens " (petite case à droite de la date de clôture (cette case est invisible sur smartphone il faut faire glisser l’image sur la droite )puis sur cliquez sur SUIVANT
  3. Remplissez les cases :
  • France
  • choisir le département où vous votez habituellement
  • saisir la commune où vous votez (attention on vous la proposera avec son numéro d'INSEE qui est différent du code postal)
  • saisir votre nom
  • saisir tous vos prénoms dans l'ordre de l'état civil (comme sur votre CNI ou votre carte d'électeur ou d'électrice avec seulement un espace entre eux, pas de tiret)
  • cochez la case de votre sexe
  • saisir votre date de naissance
  • choisir votre pays de naissance
  • choisir votre département de naissance
  • saisir votre commune de naissance

          5. Cliquez sur SUIVANT

  • saisir votre numéro de CNI (il est situé sur votre CNI au recto en haut)
  • saisir la date de délivrance de la CNI (elle est située au verso ; saisir d'abord le mois et l'année puis le jour)
  • saisir le département de délivrance de la CNI
  • saisir votre mail

          6. Cliquez sur VALIDER LE SOUTIEN

          7.Toutes les infos que vous avez saisies s'affichent ; vérifiez-les           8. Allez en bas de l’écran pour saisir les caractères montrant que vous n'êtes pas un robot (attention à bien faire la différence entre les minuscules et les majuscules)           9. Cliquez sur CONFIRMER LE SOUTIEN

N'oubliez pas d'imprimer ou d'enregistrer votre récépissé de vote

 

Non, les codes donnés sont ceux de l'INSEE et non postaux. D'ailleur on peut voir la correspond

Non, les codes donnés sont ceux de l'INSEE et non postaux, les deux ne sont pas identiques. D'ailleurs il suffit de chercher la correspondance entre les deux sur Internet. Ce qui est demandé c'est le numéro de la carte d'identité ou du passeport avec la date de délivrance, avec bien entendu les nom, prénom et date de naissance. J'ai rempli le formulaire il y a quelques heures sans problème et reçu le récépissé correspondant. Quant au navigateur internet, il est bien précisé sur la page d'accueil que internet explorer de Windows n'est pas adapté!

Effectivement. Ce combat à propos des sources est tout aussi important et également à mener. 

Médiapart est au front sur cette question, mais il appartient également à chaque citoyen de se mobiliser,  à chacun d'entre nous, relativement bien informés et en alerte sur le sujet, de convaincre dans nos cercles de connaissance, de la nécessité de livrer ce combat. 

Avec la contestation, le seul pouvoir qui nous reste est celui du scrutin universel, et en ce qui me concerne, je donnerai ma voix à celui ou celle qui entre autres, s'engagera ouvertement dans la voie du demantèlement des concentrations de presse et le renforcement de la protection des sources et lanceurs d'alerte. 

 

 

 

En fait 10% qui ont signé, cela représente 1% du nombre des électeurs. Si le même rythme se poursuit pendant la période restante, cela fera à peu près 20% des électeurs qui auront exprimé leur désaccord sur cette privatisation!

Cher Eliottreed,

J'ai essayé. Voici la réponse (détail : mon explorer est FIREFOX sensé fonctionner).

Y AURAIT-IL UN BUG... GOUVERNEMENTAL ?????

capture-d-e-cran-2019-07-02-a-22-15-04

BUG NUMBER 2 : J'AI appris qu'au moins 15 000 personnes n'ont pas pu voter aux européennes alors qu'elles avaient reçu le document administratif certifiant que leur inscription sur les listes était validée. Sauf qu'elles n'étaient pas sur les listes.

Quelqu'un peut-il confirmer ?

on m'a dit que non , qu'il ne s'agissait pas du n° INSEE mais de celui indiqué sur la carte électorale, le n° électoral de la commune. A demander à la commune si vous n'avez pas de carte

certaines communes organisent un bureau pour la pétition. 

pour les prénoms , paraît qu'ils doivent être séparer par un tiret ?

Non, surtout pas de tiret. Voir plus haut le guide proposé par "Alternatives économiques" dont j'ai donné le lien.

Merci

oui , c'est ce que j'avais cru comprendre.

Mon dieu....

Merci de cette note.

Il faudrait selon moi proroger le délai de référendum pour chaque jour d'arrêt....

Une catastrophe ce site.

 

Selon moi c'est au contraire plutôt bas comme score. En effet le gros des troupes a déjà voté...

Après il est vrai que beaucoup de signataires ne sont pas enregistrés en dans l'attente de leur réclamation.

Les difficultés techniques, les pièges à chaque étape, la non information sur le sujet voire la désinformation risquent davoir raison de nous les citoyen.ne.s (Jai quand même lu un commentaire figaro - Oui je suis maso- qui se réjouissait "de la privatisation car yen a marre de l'état qui paye pour le ménage dun aeroport parisien.".. Jai pleuré de tristesse et de rire en même temps. Comme souvent devant le figaro.).

Donc bref,  non le score est pas terrible et il faut remobiliser un maximum nos concitoyens moins passionnés ou ayant moins de temps pour s'informer. 

L’article d’Alternatives économiques donnent des arguments recevables par tout le monde, enfin tous les gens disons sensés. 

Étant dans la même situation d'un soutien non encore pris en compte depuis plus de 15 jours - malgré une réclamation déjà effectuée et restée sans nouvelle -, j'ai envoyé un message à Mediapart pour leur signaler, pensant que si mon cas n'est pas isolé cela peut être un moyen discret de minorer le nombre de soutien (je serai curieux de connaître le pourcentage de personnes prenant la peine de vérifier que leur nom apparaît bien dans la liste des soutiens). L'envoi du message à MDP, c'était la semaine dernière, et depuis... pas de réponse, pas de nouvelle, R I E N frown

Jmarcj,

L'intéressant dans la banque NEF est qu'elle garantit (à vérifier peut-être) la nature et le DÉTAIL de ses investissements. Elle est liée à une banque classique car elle n'a pas le choix pour l'instant, mais elle avait projet de s'émanciper.

Quand on accuse aussi gravement (intérêts privés occultes, troubles et douteux. En particulier la quasi-secte Steiner-Waldorf), ce serait bien de donner les sources, merci.

Le crédit Cooperatif en lien avec la NEF ne serait pas PROPRE ? TRÈS ORIGINAL pour une banque...

Et vous, vous avez votre argent dans une banque ? 

 

Nenni : Ce n'est pas le code du bureau de vote , ni le code postal mais le numéro INSEE de votre commune de vote !

Pour ma part, le nom de ma commune de naissance n'est pas correctement orthographié, le formulaire de saisie ne reconnait pas les caractères comme œ : le formulaire n'est même pas en UTF !!!! Les gens qui sont nés à l'étranger vont avoir bien du mal.

Ce sont les code INSEE des communes qui sont proposés. Acceptez les et continuez.

il ne s'agit pas des codes postaux mais des codes insee, jz--je crois. Il suffit de taper les " premiers lettres du nom de votre ville et un menu déroulant vous propose ces codes. Sauf pour la commune de naissance ou, tres curieusement on revient au code postal...

 

j'ai essayé par deux fois et à chaque fois je suis tombé sur des erreurs (ma ville ne correspondant pas son n°de code postale, puis mon n° de carte d'electeur )je recommencerai

Payer 11 € un abonnement à un journal pour pouvoir dire combien vous le détestez, c'est cher... 
Et critiquer le niveau de français des journalistes tout en prenant beaucoup de liberté avec la langue montre que vous n'êtes pas à une incohérence près...
Bolloré et compagnie doivent apprécier... 

Au contraire, la direction que prend Médiapart est salutaire. Bravo à l'équipe.   

Zut, site du referendum en "Opération de maintenance" >>dépôt en ligne des soutiens est donc suspendu ce jour 3/7entre 8h et 10h.Vous pouvez cependant déposer votre soutien au format papier en mairie.

Le code qui s'affiche n'est pas le code postal de la commune, c'est un code administratif. Lire un peu les newzes... (?}

eh bien, les deux derniers paragraphes sont totalement compréhensibles, Bravo; le reste, c'est à dire les 3/4 de vos propos sont totalement compréhensibles.... par vous-même uniquement, ne pensant pas être plus bête que la moyenne, mais alors là, ce verbiage!!! il va falloir une explication de texte, vous avez trois heures; ne prenez pas ce petit mot comme une agression ou une insulte, c'est que je n'ai vraiment rien compris,

Bravo médiapart. Je suis fier de vous soutenir.

 Si vous n'arrivez pas à signer par internet  Allez à la MAIRIE  pour  SIGNER  SUR  PAPIER !

 Diffusez   autour  de vous   ......Merci   

excusez moi d'écrire en grosses  lettres  ....... ON  PEUT  ALLER   A  SA   MAIRIE   et

SIGNER    SUR   PAPIER  !  ( POUR  CEUX  QUI  N'ONT  PAS  INTERNET   ou  

N'ARRIVENT   PAS  A  SIGNER  VU   LA    COMPLEXITE ( voulue ..)  DU  SITE  ...

"j ai envoyé un message à la Présidente de ma région (PS) pour le signaler et lui demander si cela risque d invalider mon soutien. Toujours pas de réponse depuis 15 jours."

 

****** ON  PEUT   ALLER   SIGNER  POUR  CE  REFERENDUM   A  LA   MAIRIE

De  sa  VILLE    !

Diffusez  autour  de vous  !

La loi du 10 août 2018 pour un État au service d’une société de confiance (dite « loi Essoc ») prévoit plusieurs mesures destinées à rénover les relations entre le public et l’administration. Bienveillance, transparence et accessibilité constituent les principes directeurs de cette réforme.

Le droit à l’erreur est l’une de ces mesures. Il reconnaît la possibilité pour chacun de se tromper dans ses déclarations à l’administration, sans risquer une sanction dès le premier manquement.

 * liberté de la presse (c'était le sujet de l'article) Vaut mieux entendre ça que d'être sourd !
 * État au service d’une société de confiance ?  Vaut mieux entendre ça que d'être sourd !
  (referendum.interieur.gouv compliqué (c'est le hors-sujet)

 © Gébé © Gébé

Non, c'est le code INSEE de la commune.

Je me suis inscrite, j'ai reçu un récépissé et je suis allée vérifier si ma demande avait été prise en compte. Réponse : accepté -  date de dépôt (de ma demande) 16 Juin 2019.

Sur la demande ne pas oublier d'indiquer TOUT ce qui est écrit sur votre carte d'électeur.  J'avais omis un des prénoms, donc il a fallu recommencer.

Pour vérifier il faut attendre une bonne semaine !(https://www.referendum.interieur.gouv.fr/consultation_recepisse)

Alors allez vous inscrire en fin d'année et inscrivez-vous comme soutien à cette initiative ! On peut le faire jusqu'en début 2020 (Février ou Mars ??)

Welleda existe depuis le début du siècle dernier !Mais que depuis quelques années en France. En Suisse, son pays d'origine, ses produits sont des produits classiques. C'est le New Age qui en a propagé la pub vers "ailleurs" !

Parce que, entre nous, qui avait entendu parler de Rudolf Steiner, de l'anthroposophie et du Goetheanum  avant les années 80/90 ?

Je n'ai pas eu de réponse.  Mais je suis apparue dans la liste.

Le fait d'apparaitre dans la liste garantit-il que votre vote est pris en compte ? Vous avez vérifié avec le numéro de recepisse ?

..."listes de discussions arborescentes. On pourrait alors éviter les "branches pourries"...

Bis : c'est une suggestion / demande déjà formulée ici, je soutiens très fort : merci à Ana la modératrice de transmettre à l'équipe web dev.

Et quand tel journaliste cessera de jouer les Trissotins?

??????

.....  votre  indicatif     vous  va à merveille  !!  

..... surtout ne le changer pas  !!! cool

Jamais, l'objectivité n'existe pas.

mauduit ou orange obéissent au doigt et à l'oeuil de trolls ?

Que toutes ces garanties aient été prises, c'est fort bien. Mais avant leur vote nous aurions pu en être simplement informés. Je pensais que le droit à l'information était important, voir constitutif de Mdp! Et bien non, nous encore et encore mis devant le fait accompli. La puissance de l'argent ayant mille visages et allant se camoufler là où je ne le pensais pas: se justifier par ses bonnes intentions mais après coup! Quel dommage, car il y avait d'autres solutions, comme celle de faire participer tous les abonnés à un avis consultatif, en la forme cela aurait eu une autre gueule bien plus crédible.

l'objectivité n'existe pas.

l'égalité non plus.

la liberté non plus sauf l'ultime.

... mais on peut faire un effort.

Spammb,

à qui j'ai AFFAIRE ....... ce que j'ai à faire

on a AFFAIRE à quelqu'un... on a quelque chose à FAIRE

Clear enough ?????

 

 

Je suis d'accord avec vous, mais chaque personne perçoit la réalité par le prisme de son éducation, de son milieu social, et de ses opinions. Pour moi le seul moyen de s'approcher de l'objectivité, c'est de lire des opinions contradictoires, autrement dit plusieurs journaux différents.

Je crois que rechercher à tout prix l'objectivité dans un journal nécessiterait la cohabitation de trop d'auteurs aux opinions diamétralement opposées, ce qui pourrait rendre le travail d'investigation et d'analyse très compliqué. Selon moi c'est un travail que chaque personne doit faire par elle même.

 Mais bien entendu ça se discute ;)

 

 

Ce petit jeu à l'écrit est très curieux. Il est totalement différent à l'oral : très bien documenté et très clair.

Vous avez quelque chose contre les Insoumis ? Dites-le ! laughinglaughinglaughinglaughinglaughinglaughing

oui l'idée semble belle et bonne, mais revenons à la réalité, vu les querelles , les zizanies, les engueulades que l'on observe parmi les commentateurs ... il faudrait combien de temps pour prendre une décision ? un an ? plutôt 10 ans! 

Les journalistes "objectifs" n'existent pas. Nous avons juste besoin de journalistes "honnêtes" c'est à dire qui n'écrivent pas "masqués"

personne ne le nie, mais pourquoi verser dans la subjectivité et s'y complaire ? Il est possible d'analyser les faits en tentant de réunir le plus d'approches possibles.

Nier le fascisme et ses "arguments" ne le fera pas disparaître. Il faut au contraire y trouver des réponses.

**smilesmilesmile oui, quand ? ? ? wink

lesquels ? ca m'interesse, meme en MP...

merci d'avance

et ca serait "bat" :-)

Le monde diplomatique

Le canard, mais ce n'est qu'un hebdo... 

Politis

J'aime bien aussi la couleur editoriale de la revue  XXI.

Un pavé trimestriel un peu disruptif et très bien fait.

Journal d'investigation qui ne traite pas à proprement parler de l'actu, mais nous fait voyager dans le monde et traite de sujets societaux et environnementaux touchant des contrées lointaines. 

Ça permet parfois de relativiser ce qui nous arrive en France. 

Une ligne éditoriale moderne et vivante. 

A essayer. 

Fakir

Siné

!

!!!!! 

!

Évocation du « palmipède », également exempt de publicité. Mais c’est un hebdomadaire papier ...

Je n'avais pas lu la brochure sur la conférence de presse quand j'ai posté le commentaire ci-dessus.

Après lecture je m'interroge sur "l'indépendance" quand elle est assortie d'un emprunt de 10 millions d'euros.

Qui va emprunter et avec quelles garanties apportées aux banques ? 

Qui va recevoir les 16,3 millions d'euros ?

Quels actionnaires font don de leur part ?

Le cas Niel semble donc résolu. Bravo

Tout à fait ! On devrait d'ailleurs en faire un nom commun :

J'ai élaboré un "caniel" de contournement .../ Il faut l'évincer, mettons au point un "caniel"..../ Ce "caniel" va nous tirer une sacrée épine du pied ... cool

.

Bonjour Utopart,

J'ai transmis vos questions pour le Live de demain. À18h François Bonnet reviendra sur cette évolution du journal vers une sanctuarisation de son capital.

https://blogs.mediapart.fr/la-redaction-de-mediapart/blog/010719/mercredi-dans-mediapartlive-les-menaces-sur-linformation-laurent-berger-nos-enquetes

Bonne journée,

Ana,
Equipe Modération

Merci de votre réponse non spontanée à mes questions, ayant été obligé de les poser deux fois. undecided

Il me semble qu'il n'était pas nécessaire d'attendre demain pour avoir les informations que j'ai demandées, qui ne sont pas des questions qui demandent un débat, mais de simples réponses objectives qui apportées préalablement au live de demain soir ne pourrait que contribuer à le rendre encore plus attractif.

Les fondateurs vont recevoir leur retour sur investissement, ce n'est pas dit clairement.

Tant mieux pour eux, ils l'ont bien mérité, même s'il s'agit d'une opération capitalistique bien traditionnelle : on fait une holding qui rachète les parts avec un emprunt censé être remboursé avec les dividendes futurs.

Ceci veut dire qu'ils prennent leur sous, et peut-être leur distance ?

Leur leadership sera-t-il conservé?

On a le droit de s'interroger...

 

Médiapart peut-il aussi être "compréhensif",  généreux, humain ?

Lire ici.

les rédacteurs de blogs ne sont pas journalistes salariés de Médiapart....

Vu de Belgique:

L'intention d'honnêteté semble vous être invisible. Il faut un certains état d'esprit pour vouloir être honnête et un autre état d'esprit pour ne pas le voir.

Si les belles plus nuances sont celles que nous sommes seuls à voir, les plus ignorées sont celles que nous sommes incapables de voir. Votre commentaire est triste.

Sans  commentaire ! 

Bon, là j'ai pas tout compris, mais est-ce que se croire honnête n'est pas déjà une certaine forme de malhonnêteté ?

L'indépendance des journalistes ne passe-t-elle pas d'abord par leur indépendance vis-à-vis de leur propre journal ?

(je ne suis pas abonné à Médiapart pour emmerder ses journalistes, juste pour être bien informé sans avoir à me transformer en éplucheur de la presse nationale et internationale : bref, un honteux rapport qualité/prix)

Vu de Belgique:

Je ne suis pas étonné que vous ne compreniez pas mon commentaire et/ou que vous répondiez à côté volontairement ou involontairement.

francois-asselineau
vincent-brousseau
On va peut être avoir enfin la possibilité d'entendre parler de sortir de l'UE, de L'euro et de l'OTAN avec une live avec Mr Asselineau et Vincent Brousseau, On peut rêver....innocent

''Mediapart va donc transférer 100 % de son capital à une structure à but non lucratif qui, en le sanctuarisant et en l’immobilisant, le rendra définitivement non cessible, non achetable, non spéculable.''

Le fait qu'il y ait des actionnaires et investisseurs à Médiapart semble entrer en contradiction d'avec une structure à but non lucratif non ?

 

Afin de racheter le capital de Médiapart aux actionnaires/investisseurs actuels, Médiapart va contracter un prêt de 10,9 millions d'euros.

L'équilibre de l'édifice ne risque t-il pas d'être détruit lorsque se produira la disparition de l'un, où l'une des cofondateurs ? 

En gros, vous créez un peu l'équivalent de Terres de lien pour la presse, si j'ai bien compris. Et c'est une excellente chose.

......... le   Droit   et  vous .....  ce sont des " IEROGLYPHS  "  !!! 

... réfléchisesez  ... relisez  .... respirez  ..... et    reformulez  ! 

"des actionnaires et investisseurs à Médiapart semble entrer en contradiction d'avec une structure à but non lucratif non ?"

Quelles que soient les "structures", lorsqu'elles sont capitalistes, elles le sont.

La fructification du capital placé.  

 

Bonjour Anna Ferrer,

J'entends ce que vous dites mais cela ne répond pas à ma question qui est de savoir si votre montage fait disparaitre les actionnaires et investisseurs par un rachat (antérieur à la création de la SPIM) de leurs actions et investissements......

Bonne journée à vous et à l'équipe modératrice

Bonjour Monserat,

En effet, car Mediapart va racheter toutes les parts de chaque ancien actionnaire.

Bonne journée à vous aussi :)

Ana,
Equipe Modération

 

Donc en résumé, 15.3M€ vont être distribués aux actionnaires actuels et la SPIM naît avec une jolie dette et les intérêts qui vont avec. Va falloir que le journal crache des dividendes pour couvrir tout ça !

Mediapart vient d'inventer le LBO à but non lucratif.

 

IL faudrait savoir ce que vous voulez. Un journal indépendant, c'est une entreprise risquée. Il faut bien se procurer les fonds quelque part.

Fond de presse libre ?

Désolé ... comme je suis idiot, je ne comprends toujours pas, puisqu'il y a des actionnaires, et des investisseurs,.... et donc des des ayant droit qui en hériteront, .... comment cela peut rester indépendant et inaliénable ad vitam aeternam...

... il y a nécessairement un besoin de confiance aux actuels "propriétaires" ... Mais dans l'avenir ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ...

... ET Niel ?.. l'avez vous viré ? ... car pendant ce temps là, il "méfait" toujours ... en rachetant par exemple la presse du Sud-Est ...

Afin de racheter le capital de Médiapart aux actionnaires/investisseurs actuels, Médiapart va contracter un prêt de 10,9 millions d'euros.

... et ces "braves gens" du type Niel, acceptent gentiment de vous vendre leur part ? ...

Si j'ai bien compris, les attributions du FPL consistent exclusivement en la détention du capital de Mediapart, d'où la nécessité de créer parallèlement une société commerciale, la SPIM, chargée de la gestion patrimoniale du journal, ce que ne peut pas faire le FPL en raison de sa nature juridique. Est-ce bien correct ?

"nous leur proposons de faire don de ce qu'ils reçoivent au FPL"

Incroyable ! 

Niel ferait don de son investisement dans Mediapart à une stucture sans but lucratif !

Enfin, il peut estimer qu'il a déjà eu son retour sur investissements avec la position pro Macron de Plenel pour la présidentielle. Position qui a participé au matraquage réussi pour nous vendre le candidat des oligarques comme un camembert Président.

Mediapart et Xavier Niel: sur un racontar
17 AVR. 2019 PAR LA RÉDACTION DE MEDIAPART

"Auteur à succès de Crépuscule, Juan Branco y affirme que Xavier Niel, le propriétaire de Free et du groupe Le Monde, est actionnaire de Mediapart qui, du coup, le ménagerait. C’est faux, et voici pourquoi."

__

Très bonne analyse.

Rester vigilants

Dommage,

Médiapart aurait pu éviter cette douloureuse en lançant une souscription auprès de ses fidèles lecteurs.

200k abonnés x 50€ = 10M€

Ça aurait eu de la gueule ! 

Je vois d'ici les gros titres dans les journaux :

"les lecteurs de Médiapart participent à un montage capitalistique à même de garantir pour l'éternité la totale indépendance du Média numérique et  sa capacité d'informer librement" 

Peut-être n'était-ce tout simplement pas possible ? 

 

Il manque ce schémas dans l'article ! Comme c'est compliqué, ds schémas c'est beaucoup plus clair !

Bonjour Till Till,

Retrouvez questions/réponses et schémas sur l'onglet "prolonger" ici https://www.mediapart.fr/journal/france/020719/mediapart-rend-son-independance-irreversible/prolonger 

Bonne journée,

Ana,
Equipe Modération

Bonjour Julien,

J'ai transmis votre question pour le Live de demain. À 18h François Bonnet reviendra sur cette évolution du journal vers une sanctuarisation de son capital.

https://blogs.mediapart.fr/la-redaction-de-mediapart/blog/010719/mercredi-dans-mediapartlive-les-menaces-sur-linformation-laurent-berger-nos-enquetes

Bonne journée,

Ana,
Equipe Modération

Merci, Ana!

Mais je suis peut-être idiot ?

Qui gèrera ce fonds ? (qui seront les administrateurs ?)

Ce n'est pas un fanzine...

Mais que faites vous sur Mediapart alors?

Oui

François : "M....." c'est tout.

Merci pour vos réponses qui nous permettent de mieux comprendre ce projet innovant.Il reste encore des affinements à apporter qui seront connus en automne.Espérons que le diable ne viendra pas se nicher dans les détails. Ceci dit, les 4 co-fondateurs méritent grande admiration et estime pour cette initiative.

Ana Ferrer, vous faites bien d'intervenir ici, n tant que membre de l'équipe de modération... Logique !

Je ne vais pas rire, ni vous contrainte à vous autocensurer en vous traitant de "pauvre cruche" aux "clichés stériles" (coucou Louis !), qui, se fait le chantre d'un lobbyisme dithyrambique !!

Aucun media ne sera jamais indépendant des choix de ceux qui le font. Votre message est assez hallucinant.

C'est vous qui le dites...

Si j'ai bien compris, cela se fait avec l'accord des actionnaires. On ne voit pas bien pourquoi ils devraient faire la gueule.

Oui, bravo e Grazie !

Vu de Belgique:

On ne pourra pas dire que vous êtes un "lèche-cul" de MDP, mais tout de même je vous trouve un peu "suce-pet" dans votre commentaire.innocent

!

......  sans comentaire  !

!

Décidemment  c'est un régal  !!

Oui, tu as raison. Rester vigilant

Non non je n'ai aucune vigilance  à exercer, les gens de Mediapart font absolument ce qu'ils veulent dans leur maison...

Même qu'il vous supportent les "gens" de Mediapart  !  Vous l'indépendance macroniphère incarnée !

 

Mais c'est qu'ils s'aiment... ces galopins !...

 

  • Nouveau
  • 02/07/2019 10:49
  • Par

Bravo ! Initiative louable et éminemment importante pour l'indépendance de Médiapart et de la presse. Content et fier d'être fidèle lecteur et garant si j'ose dire de votre indépendance.  

Merci Charles ! Vos messages d'encouragement nous donnent des ailes !

Bonne journée :)

Ana
Equipe Modération

On se calme...

 

Faites en autant! Je crains que vous ne souhaitez un échec....

Être indépendant du lectorat ne veut rien dire... Sauf à n'avoir aucun lecteur.

Je suis abonné de Mediapart depuis 10 ans et cette initiative le donne au moins l'envie de l'être 10 ans encore. Même si je ne suis pas allé voter au deuxième tour des dernières présidentielles

... et maintenant , si ça marche il vous faudra vous activer pour donner des idées à d'autres, voire les aider ...

Parce que ce n'est pas un seul Médiapart qui nous rendra la liberté de la presse dans ce pays ...Pour paraphraser le Che ( dans un autre domaine ...), il faudra creer 100, 1000 autres Médiapart ! ! ! ! !  !

En Grande-Bretagne, le Guardian est peut-être libre, mais aller y voir le nombre de journaux qui sortent des conneries pas possible...

Bonjour Claude,

Le FPL a pour finalité de défendre le pluralisme de la presse et l’indépendance du journalisme, conditions essentielles de la liberté de l’information. Les dons qu’il recevra serviront à financer cette action d’intérêt général :)

Bonne journée,

Ana,
Equipe Modération

Il me semble aussi que la presse et les journalistes ont parfaitement le droit de ne PAS INFORMER. 

C'est une donnée qu'il faut avoir à l'esprit. 

Lorsque le New York Times a appris à propos de la mega-surveillance organisée par les dirigeants américains (Bush) à travers le monde via la NSA 
il a décidé, après des contacts avec le gouvernement, de ne pas en parler ... 
Il a attendu 1 an ... 

 

Bonjour.

Il semblerait que vous n'ayez pas vu mon commentaire déjà posté ci-dessus. Je je copie donc ici, en espérant que vous répondrez à mes questions.

Je n'avais pas lu la brochure sur la conférence de presse quand j'ai posté le commentaire ci-dessus.

Après lecture je m'interroge sur "l'indépendance" quand elle est assortie d'un emprunt de 10 millions d'euros.

Qui va emprunter et avec quelles garanties apportées aux banques ? 

Qui va recevoir les 16,3 millions d'euros ?

Quels actionnaires font don de leur part ?

Faisons déjà vivre Le Monde Diplomatique, le Canard, Alternatives Économiques, Politis... Et encore quelques autres en ligne...

 

!

  "   encore   encore  svp  " 

Est ce cela veut Dire que d'autres média pourront être financés par la structure ?

Le média ?

Le montage juridique peut paraître complexe à l'abonné lambda, mais il garantit de toute acquisition par d'éventuels raiders.
J'ajoute, les 10 millions d'emprunt seront remboursables dans trois à quatre ans par les bénéfices du journal. Ce sont les fondateurs et actionnaires qui se partageront les 16,3 millions. Avec les risques qu'ils ont pris au départ, c'est un très bon retour CAPITALISTIQUE sur investissement !

D'abord, l'emprunt ne sera pas remboursé su trois ou quatre ans mais plutôt entre sept et neuf ans, afin de permettre à Mediapart de se développer et de continuer à investir, ce qui est essentiel.  Si nous avons les moyens de rembourser plus vite et plus tôt, nous le ferons: l'objectif étant que Mediapart puiss  ne plus être contraint par une dette le plus vite possible.

Sur le retour sur investissement capitalistique, les fondateurs, les salariés, les amis ont accepté de mettre de l'argent dans une aventure qui n'avait rien d'acquise au départ. Pendant douze ans, ils n'ont touché aucun dividende, tout étant réinvesti dans Mediapart. Au moment où nous réorganisons le capital , nous devons bien racheter l'ensemble des actions.

Nous sommes tenus par le fisc qui ne manquerait pas de nous rattraper s'il le peut de faire, d'élaborer une évaluation de la société. Il y a eu deux rapports d'experts indépendants à partir desquels nous avons arrêté que la valeur de la société Mediapart est de 16,3 millions d'euros. C'est sur cette base là que l'ensemble des actions de Mediapart sera racheté. Les actionnaires existants seront soumis comme il se doit à l'impôt sur les plus-values. Par la suite, il leur appartiendra sur décision personnelle d'apporter ou non tout ou partie de cet argent au fonds de dotation de la presse libre. Il n'y a aucune obligation, aucune pression : chacun ayant ses propres considérations.

Certes, c'est une entreprise capitalistique. Mais au moins, c'est au bon sens du terme. Car ce sont des personnes qui ont accepté de prendre des risques- l'aventure de Mediapart était tout sauf garantie au départ- qui ont accepté de ne pas être rétribuées pendant des années et qui ont permis une aventure journalistique formidable. Nous les en remercions tous.

Après, vous allez me dire qu'ils s'engraissent. Mais connaissez-vous les règles fiscales? Si nous avions gardé une valeur de Mediapart équivalente à celle du départ, tous les actionnaires existants auraient pu être redressés et avoir à payer un impôt sur les plus-values, selon la valeur estimée par le fisc, sans avoir touché le moindre argent supplémentaire. Ils auraient donc perdu tout ou presque. Nous avons estimé que ce n'était pas ainsi que nous devions remercier tous ceux qui nous avaient accompagné depuis le départ dans cette formidable aventure. Mais peut-être avez-vous une autre solution?

qui ont accepté de ne pas être rétribuées pendant des années

J'aurais préféré que vous écriviez qu'ils n'aient pas eu de retour sur leur investissement pendant des années Je ne crois pas que vous ayez construit ce journal sans être rétribués.

Vous, experte en économie et finance, à combien estimez vous la plus value?

Supérieure au livret A je suppose.

Je tiens à préciser qu'en regard du travail accompli et du résultat, je ne trouve pas immorale cette opération capitalistique. Là où je suis plus réservé, c'est sur l'habillage "moral" de la perennité de l'indépendance qui me semble un bon, trop bon, prétexte pour le justifier et le rendre légitime, si besoin était.  

Avec l'affaire de la TVA nous avons déjà eu droit à cet emberlificotage qui a permis à Mediapart de ne pas avoir à trouver de nouveaux capitaux à une période critique de son développement. Si nécessaire je peux vous ressortir mes billets de l'époque, jamais démentis par la rédaction.

Il semblerait que dans ce monde des affaires Mediapart ait une ligne dont il ne se départit jamais, faire du business en s'octroyant des brevets d'honorabilté en usant de pratiques qu'il aurait plutôt tendance à dénoncer chez les autres. 

C'est un peu pour cela que j'aime bien Mediapart, se nourrir et se développer dans un système que l'on prétend combattre tout en tirant le plus grand profit, c'est du grand art. 

Il suffit de le savoir, en être conscient, et continuer à vous soutenir parce qu'il semblerait que vous êtes le moins pire. 

Comme je l'ai dit hier soir, cette opération est un LBO (Leverage Buy Out). 

Tous les LBO ne sont pas à jeter, certes, mais tout dépend comment c'est fait...

En gros, un LBO permet aux fondateurs de récupérer leurs billes (avec plus ou moins une plus value) et faisant racheter les parts par un véhicule ad hoc  qui emprunte pour financer ce rachat. Le véhicule ad hoc siphonne ensuite la boite (MDP) par l'intermédiaire de dividendes qui permettent de rembourser l'emprunt. 

Globalement, les fondateurs se paient sur la bête pour récupérer leurs billes.  C'est une sympathique opération pour eux. Même s'ils ne font pas fortune, ils récupèrent une partie de leur fric, ce qui  n'était pas gagné pour eux... 

Pourquoi pas, mais autant le dire clairement.

Mais ensuite, la question est plus fondamentale: la boite (MDP) sera t'elle capable d'avoir la rentabilité suffisante pour permettre de rembourser l'emprunt ? 

Il y a en effet une différence fondamentale entre la situation antérieure où les fondateurs entrepreneurs prenaient le risque de ne pas avoir de retours sur investissements, et acceptaient les aléas de la rentabilité, et une banque, qui attend des remboursements périodiques et n'acceptera pas l'aléa d'une rentabilité fluctuante.

Vous aviez auparavant des actionnaires individuels privés, des entrepreneurs qui attendaient une rémunération aléatoire. Vous aurez désormais en face, des banques qu'il faudra impérativement payer .

Et en cas de problème, les banques prendront vraiment le pouvoir ou revendront leur créance à de bien plus "vilains"...

Pire, pendant 9 ans (c'est long...), la gestion au jour le jour de MDP aura désormais en priorité la génération d'une rentabilité suffisante pour payer l'emprunt er rien d'autre. 

On aura donc désormais le beau discours: "Nous avons les banques sur le dos et il faut rembourser l'emprunt. Pour continuer d'assurer notre indépendance, il faut donc faire des économies, limer les budgets, etc, et surtout, avoir une politique éditoriale permettant d'attirer du public et des lecteurs.  Donc, pas de vagues, ou bien, des coûts marketings qui attirent le chaland..."   C'est le Dir Financier qui aura désormais le pouvoir.

Je ne vois pas très bien où est l'indépendance dans tout cela. 

Globalement, le discours que vous développez là me semble une merveille de langue de bois "phynancière" et de novlangue...

Quand à dire que  "c'est à cause du fisc qu'on peut pas faire autrement", euh... franchement... ;) 

Je suis quand même très étonné que personne, parmi votre personnel et votre rédaction, où il y a de bien beaux esprits, n'ait pas soulevé ces points...

En gros, les employés et journalistes se sont faits avoir et vous êtes en train d'essayer d'avoir aussi les lecteurs... 

Commentaire partagé et recommandé.

Pensez-vous que ce soir, lors du live, cet aspect sera abordé, et pourquoi pas, votre contribution qui explique très clairement le pourquoi du comment, citée ?

Chère Martine Orange, Merci de votre réponse à mon commentaire. Vous précisez mon propos laconique et réaliste, mais sur le fond, il est identique. Abonné à Mediapart depuis sa création en mars 2008, j'ai cru d'emblée à son succès même si les débuts ont été difficiles. Durant des années, j'ai lu Edwy Plenel dans le Monde et à mon humble avis, à ma prémonition, il ne pouvait que réussir avec ce concept inédit. De mois en mois, j'ai suivi la progression du "journal sans papier" de 1000 abonnés au départ, courant allègrement d'année en année jusqu'à son seuil de rentabilité de dix, vingt, trente, puis quarante mille. J'étais heureux! Je vous livre une anecdote que je situe vers 2010. Croisant Edwy à la sortie de votre rédaction, serviette sous le bras, il me dit aller quérir des fonds auprès d'une banque, étant donné les déficits et le manque de trésorerie du journal. Puis il rajoute en souriant: Fred avez-vous 500.000 euros à investir dans Mediapart ? Les petits Suisses ne sont pas tous fortunés... et je n'ai pas relevé le défi de placer, ne serait-ce que 5000 euros, une goutte d'eau par rapport aux nécessités de l'époque. C'eut été une valeur morale, point ! Pas de quiproquos entre-nous. Les 150.000 abonnés ne sont pas tombés du ciel ! C'est grâce vous, fondateurs, journalistes que cette réussite hors du commun a eu lieu, des jeunes prennent progressivement la relève des anciens et il n'y pas, pour l'instant, péril en la demeure éthique et rédactionnelle. Les bénéficiaires quotidiens se sont les lecteurs qui depuis 11 ans "capitalisent" vos infos et vos enquêtes.

"Ce Fonds pour une presse libre aura pour mission d’intérêt général de défendre la liberté, l’indépendance et le pluralisme de la presse". Je considère que c'est aussi la "mission" de tous ceux qui sont engagés dans cet intérêt général, qui sont les lecteurs qui vous soutiennent!

Je pense que tous les abonnés et lecteurs de Mediapart (en tout cas moi...) se réjouissent de cette permanente recherche pour garantir l'indépendance et la pérennité de Mediapart. Néophyte et incompétent dans la matière, j'ai un a priori de confiance dans vos choix et je vous félicite pour ce qui semble un garde-fou supplémentaire.

Je me demande toutefois, les lecteurs (les seuls qui ont le droit de vous acheter...) peuvent-ils y participer autrement notamment à travers "les Amis de Mediapart"? Mais c'est peut-être une question déjà résolue et qui m'aurait échappé. Bravo!

On ne saurait mieux dire...

Vous jouez sur les homonymies ? Comme c'est brillant!

Désolée. Je n'ai pas compris votre commentaire. 

J'ai choisi "La Parigotte" parce que je suis parisienne et que je voulais indiquer qu'il n'y a pas que des nantis à Paris - et c'est le souvenir du "Parigot tête de veau" de mon enfance. 

 

 

Il faut rappeler, bien sur, que la presse appartient à des milliardaires et que l'Etat fait pression par l'intermédiaire de la justice ET des SUBVENTIONS accordées !

Macron avait clairement dit que son fameux "conseil de l'ordre" de la presse pourrait suspendre ou diminuer les subventions en cas de "dissidence" ....

Si ce n'est pas un régime autoritaire, c'est quoi ??

"Si ce n'est pas un régime autoritaire, c'est quoi ??" Ben, un régime autoritaire mais nouveau, mais  pragmatique, mais surtout progressiste.

...J 'admire  votre sang   froid  ... ma chère Anna  ...  mais vous savez on ne peu  pas grand chose   .... contre les parti pris  ....la mauvaise foi . mais surtout le manque de  culture  voir la non culture  instituée  comme mode de fonctionnement  !!!

                                                               cool

                                              cool  Bon courage  .... cool

                                                               cool

 

Tiens, un trou d'inculte qui se la pète. Merci pour toutes ces amabilités imméritées.

...   !    ......

Je vous en prie  laissez  les  " saletés  "  & " cochonnerie  à vocation scatologiques "  à  ces  gens qui se pensent  être  des  " hommes "  ....les  femmes  méritent  mieux  que cela  en le   prouvant   régulièrement  ,  toute  fois il est vrai  que  chez  les "  prolos "    c 'est un mode de copinage   et de complaisance douteuse  qui a un certain succès  ,    pour attirer  le "gogo "  !

Merci   de vous identifier içi   comme  ressortant  de cette   " espèce d 'exception "  ! 

La coupe devenant pleine puisque vous en mèlant   , je vous remercie de  me faire la démonstration  de la "vacuité  "  de répondre  à  ce genre  d'invective  médiocre    en conséquence ce sera à partir de maintenant  !

NO   COMMENT  ! 

Et   bon vent  ! 

 

C'est très bien si aucun intérêt masqué présent ou futur ne s'y glisse. A suivre donc. En attendant, soyons optimiste et que ce bon vent donne des ailes à Médiapart qui peut ainsi - libéré des grandes ailes de voraces qui fondent sur tout ce qui peut "rapporter" directement, à court terme ou par la bande - informer vraiment, enquêter réellement et analyser sereinement sans craindre de représailles autres que celles de menaces et autres sécrétions vaines d'autocrates, en espérant que vaines, elles le resteront toujours. A nous aussi d'y veiller ...

https://www.monde-diplomatique.fr/publications/manuel_d_histoire_critique/a53155

https://www.monde-diplomatique.fr/2016/12/RIMBERT/56929

« Le temps est venu de se révolter contre l’état de servitude dans lequel sont placés la presse et tous les grands médias d’information, radios et télévisions », écrit aujourd’hui le cofondateur de Mediapart. Il était temps que vînt le temps.wink

Les media ont DE TOUT TEMPS été les serviteurs de la classe dirigeante. 

Ne serait-ce que parce que ça coûte cher, un media. 

et que c'est BON POUR LES AFFAIRES, les media. 

INTERNET est un espace de liberté d'information et de communication tel que l'humanité n'en n'a JAMAIS connu auparavant. 

"Ils" aimeraient bien l'interdire ... 

mais ils en ont besoin pour leurs transactions financières internationales et pour la surveillance de masse des populations... 

mais ils y travaillent ! (discrédit, droits d'auteurs, pressions policières etc ...) 

 

Moïse Millaud en fondant, en 1863, Le Petit Journal <affirmait>: « Il faut avoir le courage d'être bête ». Jules Vallès <quant à lui, face au succès de journaux devenus marchandise>, ne pouvant ni ne voulant faire taire ses opinions républicaines, fonda, en 1867, un hebdomadaire, La Rue: « Nous sonnerons l'attaque et nous donnerons l'assaut contre toutes les forteresses, instituts, académies, du haut desquels on fusille quiconque veut avoir l'esprit libre. » espérait-il. Lutte du monde ancien toujours recommencée.

!

!

Il me semble que, précisément, l'opération en cours se présente comme l'aboutissement, au moins en termes de structures, d'une réflexion fondée sur le type de constat désabusé que vous citez, et qui date tout de même de presque un siècle et demi.

Chaque élaboration payant son tribut à une époque, il est évident que l'entreprise actuelle prétend mener une réflexion sur la façon dont on peut aujourd'hui concilier l'opposition entre les puissances capitalistiques, dont le mode de fonctionnement implique la discrétion ou le secret, et l'intérêt plus ou moins grand des citoyens pour l'information.

Ce qui manque dans la communication est en fait lié au contexte: tout ceci n'est pas dû à la concentration du capital, déjà largement existante, mais à l'émergence du nouveau media qui bouscule la donne depuis la fin des années 90. Outre la crise du papier et de l'imprimerie, l'apparition du net a constitué pour la presse un défi très particulier.

Outre que les vrais experts, et non les journalistes, ont un accès direct au public, les sources d'information directe se sont multipliées avec les réseaux sociaux, notamment avec les photos et vidéos qui frappent bien plus l'esprit que le texte. Et, de toute façon, sans parler de triomphe de l'analphabétisme, on voit bien que si l'on en vient à intégrer la bande dessinée dans les statistiques de lecture, c'est bien que le texte lui-même est en perdition.

Sans compter un autre phénomène majeur: le fait que, désormais, ce n'est plus l'information qui l'emporte mais la communication, c'est à dire la faculté d'activer en temps réel divers relais, de formuler des scénarios ou des éléments de langage, bref d'implanter des visions préconçues et durables. Ce n'est plus le texte sur lequel on joue mais sur la grille d'analyse de la cible. Sans parler des fake news, de la calomnie, et du complotisme.

Au regard de ce qui précède, il est évident que ce qui est présenté comme une avancée décisive n'est bien souvent que la timide préservation d'un acquis fort limité. Et de ce point de vue, il est évident le journaliste ne saurait exprimer ce que Swinton appelle son opinion honnête.

Car l'opinion honnête, ou plutôt sincère, est celle que vous et moi échangerions dans une discussion à bâtons rompus, au risque d'exprimer des choses inattendues, mais sans le risque d'un procès. Il est donc évident que les rapports de force ne disparaitront pas.

Ça existe de temps à autre l'information sous forme de contre-information. Il n'y a d'information importante que sous cette forme. Le reste est souvent fait divers ou en cas traité comme tel, mis en scène ... mais coloré de "gravité" ou d'importance fallacieuse, au service d'axiomatiques dominantes, de mots d'ordre. A la télé c'est la norme*. Quant à la communication, ça dépend de quoi on parle tant ce terme circule sans qu'on sache toujours de quoi il est question.

*La télévision a une sorte de monopole de fait sur la formation des cerveaux d'une partie très importante de la population. Or, en mettant l'accent sur les faits divers, en remplissant ce temps rare avec du vide, du rien ou du presque rien, on écarte les informations pertinentes que devrait posséder le citoyen pour exercer ses droits démocratiques.

http://expositions.bnf.fr/presse/anthologie/04.htm

https://www.youtube.com/watch?v=8SAN8P4W034

Pierre Bourdieu - Sur la télévision © EditeurAnonyme

Ça existe de temps à autre l'information(...)

Merci d'exprimer aussi crûment la réalité statistique du problème et d'abonder finalement dans le même sens que moi.

Quant à la communication, je ne parle pas de l'aspect académique de cette sous-branche de la sémiotique. Je parle de gens qui ont un fax et les coordonnées de tout un tas de journalistes, de leaders d'opinion, de dirigeants d'Associations. Ou d'individus dans le style d'Alaster Campbell, dont on peut admirer un portrait assez bien troussé dans In the Loop d'Armando Ianucci (un petit chef d'œuvre de décryptage géopolitique doté de dialogues particulièrement savoureux).

Pour le premier cas, je vous suggère de jeter un coup d'œil à cette interview:

http://www.guerres-influences.com/bosnie-serbes-nazis-influence-ou-trahison-confiance/

Vous aurez peut-être un aperçu plus précis de ce que veut dire une campagne de communication réussie sur un sujet incandescent et ce, avec des conséquences particulièrement lourdes pour toute une région d'Europe. Y compris en ce qui concerne l'établissement d'une version désormais largement partagée par la plus grande partie de l'opinion et des médias, indépendants ou pas.

Vous verrez que cela détermine la situation du journalisme d'une façon qui ne se ramène pas à la question de ses moyens financiers.

La structuration des SPIM et du FPL sont signalés comme permettant un fonctionnement reprenant celui des Fondations et des Associations à but non lucratif, ce sont alors des organismes basés sur des buts essentiellement moraux et c'est fort bien ainsi. Mais une Fondation peut être aussi créé par des multi milliardaires qui se réservent le droit d'orienter la vie sociale d'un pays ou plusieurs après avoir pratiqué une vigoureuse "optimisation fiscale". Le projet de Mediapart reprend les armes du capitalisme pour consolider le pluralisme des idées et leur diffusion et cela me paraît une bonne orientation.

Donc, totalement indépendants des puissances de l'argent 

vous allez pouvoir parler de la SORTIE DE L'UNION EUROPEENNE ? 

Avantages, inconvénients ... Inviter des défenseurs de l'UE, des gens qui sont pour la SORTIE etc ... 

Peut-être même organiser des débats ? (non truqués bien sûr) 

smile

Indépendant ne veut pas dire sans ligne éditoriale. Libre à vous de ne pas lire Mediapart s'il ne répond pas à vos attentes.

Indépendance irréversible ? Pour un journal tombé sous la coupe d'un mouvement politique, c'est pour rire ?

https://blogs.mediapart.fr/b-girard/blog/090219/mediapart-et-les-gilets-jaunes-la-course-labime-2

fichot, 

Assez bien vu et on pourrait développer.

Vous avez réussi à vous débarrasser de ce problème de TVA non versée ? 

Qui donne au gouvernement un sacré pouvoir de pression sur Mediapart ... 

 

Bonjour La Parigotte,

Nous avons mené une bataille publique et transparente pour l'égalité fiscale entre presse imprimée et presse numérique, bataille pionnière conclue par une double victoire, en France en 2014 où cette égalité a été consacrée par le Parlement, en Europe en 2018 où l'exécutif européen a adopté la même position. 

Le contentieux avec l'administration fiscale a été déclenché à la toute fin 2013 sur ordre de la haute hiérarchie de Bercy qui a prétendu faussement que notre application du même taux de TVA (2,1% au lieu de 19,6%, puis 20%) aurait été faite dans l'ignorance du fisc, mauvaise foi où nous avons suspecté un règlement de compte postérieur à l'affaire Cahuzac. Un redressement de 4,7 millions d'€ nous a été signifié, dont 1,4 millions d'€ de pénalités (40%) et intérêts pour "mauvaise foi". Nous avons provisionné l'intégralité de la somme en 2014 et 2015 et payé la totalité du différentiel de TVA mis en recouvrement en 2016. 

Mais nous n'avons cessé de contester ce redressement. Au bout de ces cinq ans de procédure, un premier jugement du tribunal administratif a été prononcé qui acte notre position de principe (Mediapart "estimait l’application de ce taux [de droit commun pour les publications en ligne] inconventionnelle et inconstitutionnelle") et, surtout, nous lave de tout soupçon d'illégalité :

TVA TVA


 

Oui - je sais tout ça et je suis parfaitement d'accord avec votre démarche : un journal est un journal quelque soit le support

J'avais même proposé de participer au paiement de la "prune". (ne sachant pas que c'était interdit) 

mais ça ne me dit pas si vous êtes TOTALEMENT libérés de cette épée de Damoclès

que le gouvernement a tout intérêt à garder sous le boisseau. 

 

... vous avez pu  vous  faire  recréditer   et restituer  les fonds  , à  ce titre  ??? 

La procédure est toujours en cours depuis que le ministère de l'Action et des Comptes publics a décidé de faire appel le 18 juillet 2018.

La procédure est toujours en cours, dans l'attente les provisions de l'intégralité des sommes objet du contentieux ont été maintenues.

On rappelle quand même que Mediapart a fait appel à la générosité des abonnés pour pouvoir faire face à des difficultés de trésorerie en cas de condamnation, dans un crowdfunding qui a largement tenu ses objectifs, puisque si je me souviens bien, il est arrivé à une moyenne de 30€/abonné de l'époque. Certains lecteurs, opposés  la position de Mediapart ont même hurlé à l'arnaque à l'époque. Mais ils sont restés pour la plupart.

     merci pour votre réponse !

Attendre et voir!  Qui vivra verra!

Bravo.

Qui est propriétaire et/ou responsable des données et informations publiques (articles, billets, coms) / professionnelles (infos et secret des sources) / privées ? Stockées sur quels serveurs soumis à quelle législation?

bonnes questions. ET pour les abonnés, avec tout ce que nous avons dit et commenté sous ces articles, nous serions les premiers sur la liste en cas de purge politique et contrôle de la population ...

Vos questions sont très pertinentes et méritaient une réponse soit par la modération avec Mme Ana Ferrer ou soit lors du live d'hier... En espérant qu'elles ne seront pas occultées à la rentrée après les travaux estivaux... affaire à suivre... #freeassange#cool

Je voudrais suggérer que vous regardiez le montage fait par la Société Gripple et plus particulièrement leur montage nommé "Glide Ethos".

Cette société de droit anglais ne travaille nullement dans l'information, mais dans la construction. Son fondateur, pour préserver la Société après son départ, a transféré toutes ses parts à ses employés. Afin d'éviter une dilution des actions, ils ont appliqué la stratégie suivante:

- tout nouvel employé doit acquérir des actions au prorata de sa fonction (et donc de son salaire).

- ces actions sont non cessibles à des tiers.

- en cas de départ, l'employé revend ses actions au groupe, avec une plus-value si la Sté a progressé.

Ainsi, tous les employés bénéficient des progrès de la Société, et le capital est maintenu hors d'atteinte d'investisseurs extérieurs.

Etonnant, Non?...

  • Nouveau
  • 02/07/2019 12:12
  • Par

Très bien. Ce montage tiendra tant que les réserves accumulées seront suffisantes pour financer d'éventuels déficits. Au-delà , cela craquera si le déficit devient structurel.

  • Nouveau
  • 02/07/2019 12:18
  • Par

questions :

MDP semble se protéger contre le "capital" mais pourra-t-il lutter contre la pression de Macron, porte-coton de ces derniers*,  doté de tous les pouvoirs d'un régime qu'il veut autoritaire ? L'auto-censure n'est-elle pas obligatoire sous la pression judiciaire au nom du fake-news ? Car toute révélation de la presse est une fake-news jusqu'à ce que la justice la juge recevable !

Cette innovation protégera-t-elle les lecteurs d'une influence électorale, comme ce fut la cas en 2017, diabolisant Charybde pour placer un Scylla encore plus malfaisant ? Qui imposera la pluralité des pensées afin d'exercer l'esprit critique ?

Que deviendra MDP quand ses dirigeants historiques, garants des valeurs de sa création,  (Plenel, Bonnet, Mauduit, Orange) ne seront plus là ??

* Les 14 milliardaires français ont vu leur richesse grimpé de 35% au 1er semestre 2019

Pas spécialiste pour 2 sous, est-ce que une des structures chapeau pourrait associer d'autres titres?

Je pense à ASI, Hors Série, Acrimed, Le Media...et plusieurs autres, répondant à la charte en cours de rédaction, et pourrait ainsi sécuriser l'indépendance et la situation de tous ces titres tout en multipliant les couleurs éditoriales dans leur spécialité.

Et dans ce"pool" d'édition, on peut imaginer que des abonnés soient intéressés d'apporter un soutien, comme d'autres le suggèrent ci-dessus, au delà de l'abonnement par un "titre de participation" dont le contour serait à définir..

Bonjour Dominique,

Justement, le FPL a pour finalité de défendre le pluralisme de la presse et l’indépendance du journalisme, conditions essentielles de la liberté de l’information. 

Au titre de sa mission d’intérêt général, ce Fonds pour une presse libre pourra recevoir des dons qui bénéficieront des réductions d’impôts que la loi accorde aux particuliers et aux entreprises quand ils contribuent à des causes d’intérêt général.

Bonne journée,

Ana,
Equipe Modération

On peut ajouter Reporterre et Bastamag.

Mais aussi le précieux Alternatives économiques qui est une SCOP.

Les 3 vivent aussi de la publicité, même si elle est sélectionnée de manière drastique.

Terre vivante a aussi recours à la pub.

Les lecteurs et/ou actionnaires n'ont pas empêché la disparition de L'évènement du jeudi.

L'Huma fait régulièrement appel à ses lecteurs pour sauver le quotidien fondé par Jaurès. Jusqu'à quand ça marchera ?

La presse indépendante, quel que soit le mode de fonctionnement est en très grave danger.

J'espère juste que le système choisi par Médiapart permettra de le pérenniser. 

Merci Anna
Je précise ma pensée:

"...le FPL a pour finalité de défendre le pluralisme de la presse..."

Avez-vous déjà défini un mode d'intervention économique pour assurer cette défense du pluralisme dans des média "partenaires" et quelles formes prendrait-elle?

"..ce Fonds pour une presse libre pourra recevoir des dons.."

Je ne parle pas de dons. De plus, la défiscalisation est assez détestable car l'individu choisit à la place de la collectivité ce qui est bon pour tous.
D'autre part, le don, dans le sujet qui nous occupe ici, est un acte qui a un sens pour aider à démarrer un projet ou pour sortir de l'ornière.

Je pense à une participation (en plus de l'abonnement) qui aurait la forme, par exemple, de "parts" de propriété de valeur nominal fixe et faible (10€ par exemple ) réservée aux abonnés, non rémunéré, apportant une trésorerie complémentaire, et qui pourrait ouvrir un "droit" consultatif dans une assemblée, tout ça, défini dans les statuts.
De sorte que les abonnés qui souhaitent aller un peu plus loin dans leur participation, aient une porte d'entrée pour exprimer un point de vue sur des aspects autres que le commentaire rédactionnel.
Un peu dans l'esprit du "club" des abonnés qui donne la possibilité d'un blog.

  • Nouveau
  • 02/07/2019 12:24
  • Par

Merci à vous de simplement exister.

  • Nouveau
  • 02/07/2019 13:02
  • Par

 Je ne comprends "RIEN" à tout le système "administratif, bancaire, etc." Cependant si les techniques de "protectorat, d'indépendance" de Médiapart sont inviolables je lui souhaite longue vie avec cette possibilité. .Le Canard" existe bien depuis 1915/1916 et...il est encore bien vivant et...pourtant il y en a eu des "chasses au Canard" avec un nom de chasseurs impressionnant ...donc ...je serai au RDV avec Médiapart en 2123...RDV fictif...soit mais RDV quand même...

bachèlerie, 

Virulent, mais loin d'être faux. Problème.

Vigilance ! 

Amusant: tous les poncifs des campistes et des conspirationnistes y sont. Ceux dont le modèle d'indépendance journalistique doit être le Média TV dont on a vu les brillants résultats...

Le fait est que The Guardian est un journal social démocrate qui laisse ses colonnes à des gens très à gauche comme Owen Jones, défenseur de Corbyn, David Adler, Yanis Varoufakis, comme à  des socio libéraux. et qu'il n'applaudit pas le boucher de Damas et son allié Poutine, ce qui ici vous vaut très vite l'anathème "atlantisme". Mais dans votre gauche, les militants n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux.

the guardian a participé à la campagne traitant Corbyn d'antisémité, a lâché Assange,, comme libé il laisse la parole à différents courants de gauche, mais sa ligne est sociale libérale et atlantiste, en fait plus proche des néolibéraux que de la gauche radicale, comme le PS, comme Libé, comme Mediapart. 

Je suis impressionné, réellement ! Et je vous applaudis : mettre vos valeurs largement au dessus de votre confort personnel (en revendant vos part au plus offrant), je dis chapeau bas ! Tout n'est pas perdu, un bel exemple de finalité autre qu'avoir une Rolex à 50 ans !

C'est bête à dire, mais je vois vraiment ici un acte "disruptif" qui à mon sens fait justement de Mediapart un media d'avenir : faire venir les lecteurs (et donc l'argent) par la confiance me semble plus solide que l'argent par les annonceurs !

Merci pour votre journal : un autre regard sur l'actualité, du journalisme d'investigation et une réelle indépendance que vous travaillez à renforcer. Bonne continuation.
Je ne pense pas que Mediapart s'amuserait à révéler de l'information fausse aux vues de ses investigations, disons qu'il dit plutôt la vérité et que celle-ci dérange, Mélenchon il faut reconnaître ne délègue pas toujours et veut s'approprier les devants de la scène ce qui n'est pas toujours bon.

J'ai lu avec attention et l'article et les réponses d'Ana Ferrer ci-dessus. Et je n'ai rien compris. Comme je ne comprends rien aux divers montages financiers couramment pratiqués par les sociétés. Pourquoi plusieurs nouvelles structures sont-elles  nécessaires ?
Ne tentez pas de me l'expliquer encore une fois.  Je suis nulle en cette matière comme d'autres le sont en mathématique :  définitivement et joyeusement. Je ne retiens que le titre et retourne à ma place au fond de la classe près d'une fenêtre pour observer les oiseaux et les nuages.

Bonjour Anne,

Le sujet sera abordé à 18h lors du live de demain : https://blogs.mediapart.fr/la-redaction-de-mediapart/blog/010719/mercredi-dans-mediapartlive-les-menaces-sur-linformation-laurent-berger-nos-enquetes

Une explication de vive voix pourra peut être vous réconcilier avec ce montage certes compliqué ;)

Bonne journée,

Ana,
Equipe Modération

Pas compris non plus.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Merci et bravo Médiapart!

Bravo Mediapart, très heureux de faire partie des abonnés depuis le début

Bonjour,

je vous prie de pardonner mon absence complet de compréhension de la structure montée et de son fonctionnement. Je vous serai reconnaissant si vous pouviez m'apporter quelques éclaircissement :

- Je ne vois pas du FPL, de la SPIM, de l'ADS et de médiapart où est-ce qu'il y a des personnes physiques ou seulement des personnes morales (ou les deux).

- Ma vraie question en fait c'est qu'il y a bien à un endroit, à un moment, où il y a des personnes physiques qui prennent des décisions, non ? Comment ces personnes sont-elles nommées et quelles décisions prennent-elles sur quels sujets ?

- Est-ce que le FPL va racheter aux actionnaires de médiapart leurs parts ou bien les conserveront-ils au sein du FPL ?  Le cas échéant, comment seront-ils remboursés de leurs investissements, recevront-ils des dividendes, établis comment ?

 

Peut-être pourriez-vous faire un petit schéma avec les différentes structures et acteurs, ainsi que leurs rôles, responsabilités, mode de fonctionnement, etc. C'est juste que n'étant pas habitué à ce genre de choses j'ai un peu du mal à comprendre et je pense qu'un schéma m'aiderait.

Quoiqu'il en soit, je vous prie, une fois encore, de vous assurer de tout mon soutien dans votre entreprise.

Cordialement,

Colin

Bonjour Colin,

Chaque entité sera administrée par des personnes physiques, nommées en octobre selon des statuts qui seront écrits cet été.

Mediapart restera, comme aujourd’hui, une entreprise commerciale totalement indépendante, avec un Conseil d’administration où ses salarié.e.s de Mediapart resteront majoritaires.
La SPIM protège le capital de Mediapart, en le mettant à l’abri de toute manœuvre capitalistique, et préserve l’avenir économique du journal en constituant des réserves financières.
Le FPL a pour finalité de défendre le pluralisme de la presse et l’indépendance du journalisme, conditions essentielles de la liberté de l’information.
L’ADS est la garante éthique et juridique de tout le dispositif. Composée de salarié.e.s ou anciens salarié.e.s de Mediapart, elle dispose d’un droit de véto sur toute modification des statuts du FPL et de la SPIM.

Mediapart va racheter l'intégralité des parts des anciens actionnaires puis transférer 100 % de son capital à une structure à but non lucratif.

Voici un schéma pour clarifier tout ça ;)

mediapart-demain

Bonsoir et merci pour vos explications :)

Je comprends que la SPIM détient 100% du capital de la société Médiapart mais qu'est-ce qui l'empêche d'en revendre une partie ?

Je suppose que vous allez me répondre quelque chose comme : "les statuts", mais comment seront choisis ceux qui administrent cette structure et qui pourront changer les statuts ?

Et comment l'ADS peut verrouiller cette modification des statuts ?

Et comment le FPL peut contrôler 100% de la SPIM ? Est-ce qu'il s'agit d'une association ? D'une société commerciale ?

Et au fait, où sera domiciliée la SPIM qui collectera les bénéfices de Médiapart ?

Et puis ces structures publieront-elles leurs bilan (qu'il soit comptable ou opérationnel) ?

Bonnes questions. L'exposé de l'article n'est pas de la plus grande clarté puisque des incompréhensions et doutes s'expriment.

Bonjour Ana,

c'est beaucoup plus clair !! Et merci pour le schéma, ça change tout ; )

J'espère que vous nous ferrez une petite présentation des statuts lorsqu'ils auront été écrit. Non pas que je doute, mais simplement par curiosité, pour voire comment vous comptez assurer leur caractère pérenne par exemple (Pourront-ils être modifiés ? A quelles conditions ?).

Et, comme s'interroge Lethomas en réaction à votre réponse, je me demande également si médiapart et ces entités publieront leurs bilans.

Bien à vous,

Colin

L'avenir vous donnera du grain - non lucratif - à moudre.

Tous mes voeux de bonne continuation !

  • Nouveau
  • 02/07/2019 13:38
  • Par

En attendant demain, comme me l'a gentiment proposé Ana Ferrer, à la lumière des éléments dont nous disposons, le montant du rachat aux actionnaires actuels soit 16,3 millions d'euros et la répartition de l'actionnariat présentée dans le document en lien sur l'article  La conférence de presse du 2 juillet 2019 (pdf, 1.7 MB)  on obtient les résultats suivants à la question que j'ai posée plus haut Qui va recevoir les 16,3 millions d'euros ? :

Fondateurs 6,86

Société des salariés 0,24

Société des amis 2,74 dont Niel

F Vitrani L Chemla 0,25

Doxa 5,19

Ecofinance 1,03

Il est vrai que j'aurais pu m'éviter de le demander tant c'est facile à calculer. 

 

Il ne restera à François Bonnet qu'à répondre aux deux autres questions :

Qui va emprunter et avec quelles garanties apportées aux banques ? 

Quels actionnaires font don de leur part ?

et à lever mes interrogations sur "l'indépendance" quand elle est assortie d'un emprunt de 10 millions d'euros.

A demain pour le live.

  • Nouveau
  • 02/07/2019 13:46
  • Par

Mediapart est dans le paysage médiatique le seul journal indépendant d'idées, d'investigation, de reportage promouvant la participation.

Il faut préciser sur quel champs de bataille nous sommes :

  1. Une presse industrielle et financière corrompue délégitimée : de Libé, au Figaro...
  2. Un service public de la presse (France Inter&France Télé) sous les coupes budgétaires
  3. La difficulté d'une grosse partie de la presse indépendante à se rendre visible : CQFD, Le Monde Libertaire, Le Monde Diplomatique (absent des revues de presses, editorialistes invisibles, obligé de demander à chaque fois ou est le monde diplo aux buralistes)
  4. La prolifération de médias brun conspirationnistes et confusionnistes : RT France, Spoutnik, Le média pour tous. Et un certain succès de ceux çi auprès des Gilets Jaunes.

Bref, le premier geste politique n'est pas d'acheter du bio mais déjà de financer une presse indépendante. Sans presse indépendante, notre culture, notre connaissance ne peuvent être qu'étroites et obstruées.

*****

  • Nouveau
  • 02/07/2019 14:00
  • Par

Bravo Mediapart !

Tout en sachant que l’intérêt générale dans une société divisé n'existe pas vraiment, je préfère parler de l’intérêt des droits de l'homme laughing

Car les droits de l'homme donne un sens précis de ce que peux-être l’intérêt générale wink

Cordialement

EXCELLENTE INITIATIVE,

il vous a fallu quand même onze ans pour la mettre au point...

Pourquoi entretenir la confusion entre Liberté de la Presse : 
et Droit des Citoyens à l'Information ?
et Liberté d'acheter des organes de Presse ou de Médias sans conditions de déontologie ?
et, Liberté et Protection des Journalistes,  Protection des "Lanceurs d'alertes" ?

Pourriez-vous profiter de ce changement
pour nous expliquer les raisons (politiques) de votre aversion contre le Mouvement des Insoumis,
serait-ce une fixette ancienne sur les rapports entre LCR et OCI ?

Pourquoi ne pas écrire en "Francographie" le titre de votre Média, "MÉDIAPART"
en refusant d'exercer une "Excision textuelle"
de la lettre "é" minuscule, lorsqu'elle opère sa mue en majuscule "É" ?
[ même chose pour la préposition "à" lorsqu'elle grandit en "À" ].

Ce serait aussi un joli repère de la sincérité du "Changement".

Suggestion :
quand vous ne désirez pas ou que vous ne voulez pas répondre aux courriels qui vous sont adressés,
pourriez-vous imaginer un algorithme de réponse automatique du genre :
"On n'a pas de temps", "Votre courriel n'a pas de sens", "Veuillez cesser de nous harceler", "Nous n'avons pas de compte à vous rendre"... ?

Votre fidèle lecteur attentif, parce qu'il y a plus d'avantages à vous lire qu'à se désabonner, et  en raison aussi des richesses dans les commentaires

hatchuel, 

Bien vu aussi, et on souscrit.  Wait and see et ... Vigilance. 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Comme d'hab', un fil plein d'embrouilles, de hors sujet...Ma question: comment protéger es infra-structures de Mediapart, les isoler du "bain' de la société large?

Exemples : prix d' achat ou de location des locaux, des matériels, des fournitures ...et taxes afférentes? Comment protéger le "personnel-propriétaire", qui doit bien habiter quelque part, manger, s'habiller, être soigné, payer ses impôts?Sui peut avoir une famille...etc...?

La tentative est honorable ....mais fragile..Non?

 

  • Nouveau
  • 02/07/2019 15:00
  • Par

 

Belle initiative, sans doute. C'est bien d'essayer de se mettre à l'abri des charognards de la presse.

Mais cette "indépendance" se retrouvera-t-elle dans les articles ?   Car au niveau de l'ouverture des idées et de la permanence de certaines préventions systématiques, c'est un peu pénible. 

Vous suivez mon regard ?  Merci. 

Donc, sur la durée : "vamos a ver, amigos" !   cool

 

L'intention est louable et le mécanisme inventif, mais reste un aspect qui ne manquera pas de faire couler de l'encre : les actuel·les détenteur·rices du capital vont donc "revendre" leurs parts à la SPIM pour plus de 10 millions d'euros. Quelle est la plus-value pour les 4 cofondateur·rices et les 2 fonds d'investissements (en reconnaissant le fait que de nombreux frais ont été assumé à titre personnel en plus de la mise de départ) ??

Un genre de parachute doré ? Mais si ça a été voté à +90%...

Big up pour ce que vous faites quand même !

Bravo et merci pour cette initiative. Et mon soutien total de lecteur et de journaliste. Longue vie à nous tous!

MAINTENANT, IL NE RESTE PLUS QU'À ENTRER DANS LE DUR...

C'est à dire: "Être indépendant pour quoi faire" ?

* Quelle est la ligne éditoriale de MÉDIAPART ? Être indépendant pour quoi faire ? Quelle est votre colonne vertébrale ?

* Doit-on voir dans l'invitation au dirigeant de la CFDT pour cette grande première, un indice ?

* Qui dans MDP, et comment,  recrute-t-il (elle) ses Journalistes, sur quels critères ?

Si c'est pour tenir sa place dans la défense (ou la construction) de la DÉMOCRATIE, OK, mais encore faudrait-il : Définir ce qu'elle doit être, quels en sont concrètement les Critères, quels en sont les instruments d'action et de contrôle ? Et arrêter d'invoquer le mot pour mettre en place par Constitution anti-démocratique les instruments de domination et de mise à l'écart des populations

Si c'est pour tenir sa place dans la défense du BIEN COMMUN, la RÉPUBLIQUE, encore faudrait-il en préciser le contenu, les limites et arrêter de l'invoquer pour faire le contraire de sa défense: par exemple les dépossessions par privatisations

MERCI ANA POUR VOTRE RÉPONSE

Je ne comprends pas en quoi cette procédure garanti l'indépendance "eternelle" de Mediapart. Ce fond a but non lucratif (ce qui est une assurance de rien), et qui sera detenteur de tout le capital, il appartient à qui?

Ce n'est pas clair du tout contrairement à ce que laisse croire l'article.

Je déteste les choses troubles qui le sont toujours avec raisons cachées derrière un discours lénifiant.

Bravo

Bravo d'avoir construit une saine pratique journalistique.

Merci de l'avoir ouverte à la libre expression des abonnés.

Oui, il fallait maintenant bétonner le socle financier et le mettre hors corrosion de la finance néolibérale.

On a vu le pouvoir lancer une offensive fiscale que vous avez fermement déjouée (il m'a échappé si cet épisode est définitivement clos.)

On voit le pouvoir se démener pour museler la Recherche et l'Enseignement supérieur, châtrer le secondaire, ... fliquer le primaire jusqu'aux pouponnières.

On voit le pouvoir mettre la Culture sous le boisseau d'Event, 

Internet sous la censure des plateformes : les algorithmes seront éduqués avec les discours de Macron et de Castagne.

Radio et télé publics envahis d'implants privés et mis en sousnutrition après les coupes estivales.

Les terres arables sous béton, violenter ceux qui comptent pour rien,

Reste le petit village Résistant qui nous permet de respirer, regarder le ciel, et avoir espoir en la vigueur de TOUS les peuples de la Terre.

Longue vie !

  • Nouveau
  • 02/07/2019 15:37
  • Par

 Quelles différences avec le modèle du "Canard Enchainé", lui aussi sans pub et indépendant ?

Le Canard est un journal-papier, et ne possède, ni son imprimerie, no sa distribution Ul réteibue donc des entreprises .

D'autre part ,c'est un "journal satiruque", pas un "ite d'information.

Deux différences marquantes.

Le Canard Enchaîné est aussi un journal d'investigation, donc d'information.

Il s'intitule lui- même (voir manchette en page1, depuis  quatre-vingts ans "journal satirique paraissant le mercredi". S"il investigue...et fort bien , c'est pour pouvoir dénicher du croustillant. Et ses lecteurs n'ont pas de "club".

Les systèmes d'assurances, les administrations policières ausii "investiguent", chacune à sa façon, et avec ses buts.

Et on peut trouver des recherches historiques, sociologiques, <qui étudient notre actualité, sans être des journaux...

On parle des mêmes choses selon des angles différents 

Bravo, c'est certainement la meilleur solution.

Il était grand temps !

 

  • Nouveau
  • 02/07/2019 16:07
  • Par
Bonjour, Qui sont Doxa et Ecofinance svp ?

Il vous st facile de le chercher (Google, Yahoo, Wiki, etc...)

De Jean Daniel : « Les quatre commandements du journaliste étaient, à ses yeux (ceux de Camus, NDLR) la lucidité, le refus, l'obstination et l'ironie. J'y ajouterais, pour ma part, la résistance à l'air du temps. ».

On ne peut pas mieux décrire, je crois, l’ADN de Médiapart, la « résistance à l’air du temps » qu’ajoute Jean Daniel fait échos aux valeurs du CNR que vous rappelez à juste titre.

L’organisation juridique et financière qui est mise en place ainsi que le modèle de gouvernance choisi répond à un objectif de pérennisation de ces valeurs.

Le Club auquel nous participons est une modeste contribution à cette entreprise qui replace les individus que nous sommes dans une perspective collective, c’est pourquoi nous la soutenons.

C’est unique en France.

Il faut bien avoir conscience des menaces qui pèsent sur la liberté de la presse.

Pour revenir à Camus, d'une certaine façon, en guise de clin d’œil, l'indépendance de Médiapart devient notre « Combat ».

Vos enjeux sont les nôtres.

Bonne chance à vous.

Bonne chance à nous.

  • Nouveau
  • 02/07/2019 18:15
  • Par

Parfit, parfait ... mais répétons-le :  cette "indépendance" se retrouvera-t-elle dans les articles ?   Car au niveau de l'ouverture des idées et de la permanence de certaines préventions systématiques, c'est un peu pénible.  Et donc regrettable.  

Amélioration en vue ? 

Vous savez bien que "non".

"...la permanence de certaines préventions systématiques, c'est un peu pénible"

C'est bien vrai... prenons par exemple  Macron he bien il reçoit bien peu de louanges ici...

JiP, 

C'est ce que je pense ... Mais sait-on jamais ?  Même un Plenel  et tutti quanti  peuvent évoluer !  (gag ? ) 

Question :  dans quel sens ?     cool

 

air          (mais sûrement pas du peuple), 

""" prenons par exemple  Macron, he bien il reçoit bien peu de louanges ici..."""

On l'attendait, celle-là ... Ceci étant, ayez l'extrême bonté de me dire, à moi qui ne suis rien ou pas grand chose, en quoi puis-je "louanger" Macron ? 

Ce sera avec plaisir, mais attention à la réserve précise dans l'autre sens. 

Bien à vous. 

À Ana la Modérée modératrice:

Une idée de ce que peut être la démocratie selon les Gilets Jaunes :

                                                ET SURTOUT NOUS VOULONS :

Pouvoir intervenir sur nos conditions d'existence,

Préparer une vision humaine de l'Avenir

*par le débat public contradictoire

*par une Éducation et une Information libres,

   non inféodées aux puissances d'argent,

   et conformes aux Droits des Personnes Humaines

                 pour enfin participer à l'élaboration des lois,

                 et au contrôle de leur application entre autres par le RIC [Référendum          d'Initiative Populaire].

                                         Cela s'appelle la DÉMOCRATIE

                                         NOUS NE LÂCHONS RIEN.

                                                                     GJ

CE SERAIT BIEN DE NE PAS AVOIR ENCORE ONZE ANS À ATTENDRE...!

Quid de la fiscalité des "dons" ou des "rachats"?
S'il s'agit d'un "don", le fisc en réclame 60%.
S'il s'agit d'un rachat, les vendeurs vont être taxés à 30%,  sur la plus value ((flat tax de Macron).

Notre société est dans cette situation depuis un an, avec un gérant ultra majoritaire, qui veut donner ses parts aux salariés, et c'est l'impasse.
Aucun moyen d'échapper aux 60% ou aux 30%.
C'est à dire couler une boite, qui fonctionne bien et fait des bénéfices, qui n'ayant jamais été distribués, se retrouvent aujourd'hui dans les "fonds propres", ce qui aggrave la situation fiscale.
Je précise que cette boite n'a jamais en 42 ans, rémunéré le capital, et qu'elle pratique le "salaire unique".
Il n'y a là aussi aucun "but lucratif" à cette opération, ce qui ne change strictement rien aux appétits du fisc.

Votre démonstration vaut ce qu'elle vaut, c'est à dire pas grand chose, sauf si vous dites la moitié de la réalité.
Qui va "donner" et qui va "vendre" ses parts, et à quoi va servir l'emprunt en réalité ?
Si j'ai un conseil à vous donner, c'est de "tester" le fisc là dessus.
Les conseilleurs ne sont jamais les payeurs, et à mon avis, vous vous engagez dans une partie perdue d'avance contre le fisc.
Je ne sais pas ou vous en êtes sur le précédent de l'exonération de TVA, mais je doute que cet épisode vous ait fait gagner des amis, dans l'administration profonde.

Il me semble (pour la blague) que le puy du fou a fait ça aussi!

Nous avons donc le devoir de veiller à la bonne santé de MDP.

Je serais intéressé, lors du live de demain, par plus de comparaisons avec des structures aux buts identiques en France

 

1) un commentaire citait Terre de liens, est-ce à peu près la même chose, est-ce que ça a servi dans vos réflexions ?

 

2) vous avez exclu la SCOP. Je pense à Alternatives Économiques, qui marche comme ça. Quels critères vous ont amené à exclure cette formule ?

 

Merci cher journal.

Bonjour Xmontagut,

Pas d'inspiration auprès de Terre de Liens ;)

Quand à votre question sur la SCOP : les scénarios d’un actionnariat salarié (bilan de la Société des rédacteurs du Monde et de la Société civile des personnels de Libération) ou d’une société coopérative (SCOP ou SCIC) n’ont pas été retenus. En effet les leçons du passé (le rachat final des journaux concernés par des intérêts privés extérieurs aux métiers de l’information) montrent qu’ils ne résistent pas en cas de difficultés financières et qu’ils donnent prise à des enjeux internes de pouvoir.

Bonne journée,

Ana,
Equipe Modération

  • Nouveau
  • 02/07/2019 21:08
  • Par

Je ne commente pas. Ce genre de présentation magistrale et théorique m'ennuie. On m'a simplement enseigné qu'il n'existait rien d'irréversible et que le contrôle total du fric n'existait pas.

Donc l'idée est bonne et la démarche très louable, nous verrons dans le temps.

Mais il faut tout d'abord dire qu'il y a eu semble-t-il pas mal de coup de griffes du lectorat  sur la présence de Niel toujours très maladroitement justifiée, ainsi qu'autrefois sur le sujet TVA...

"Dans le programme clandestin du Conseil national de la Résistance, la liberté de la presse est d’emblée mentionnée comme la condition de « l’établissement de la démocratie la plus large ». Et, pour le CNR, elle passait par « son indépendance à l’égard des puissances d’argent »."

Tout est dit.

Merci Mediapart pour votre initiative.

  • Nouveau
  • 02/07/2019 21:13
  • Par

Tiens, cela me rappelle quand j'étais dans une autre vie et que je m'amusais à faire des montages phynanciers bien alambiqués... ;)

En fait, ce beau montage, c'est une "titrisation" et / ou un LBO (fort simple, d'ailleurs...)

Les actionnaires fondateurs sortent du capital , récupèrent leur investissement d'origine (plus ou moins une plus value ?), et cela tout simplement sur le dos de la bête: une structure ad hoc chapeautant la boite, emprunte pour racheter les parts des fondateurs, et se paie sur la bête, en remontant des dividendes de MDP pour rembourser l'emprunt.  Génial... 

On dirait du Naouri ou du Drahi... 

Conséquences:

- Les fondateurs récupèrent plus ou moins leur mise et sont "libérés" tout de suite. Ouf...

- C'est MDP qui va devoir ramer pour assurer une rentabilité suffisante pour payer les dividendes qui vont permettre de rembourser les banques...

Au moindre faux pas, les banques prennent le pouvoir (peut importe dans ce cas les gentils trusts ou fondations qui ne pourront dire que "mais.."),  ou revendent leurs créances à un fond vautour qui montrera les dents... 

- On voit mal comment la fondation au dessus va pouvoir faire remonter quelque chose pour constituer des provisions permettant d'assurer l'avenir ou les impondérables, vu que tout aura été  déjà pris pour assurer le remboursement de la dette...

- Comme MDP va absolument devoir générer une rentabilité suffisante pour payer des dividendes permettant de rembourser la dette, on voit mal comment l'indépendance financière de MDP est assurée... Les arbitrages de profitabilité vont primer tout le reste. MDP est désormais OBLIGEE d'être un organisme à but très lucratif!

 

Question:  Peut-on savoir qui sont les brillantes conseils (les banques d'affaires) qui interviennent sur cette belle opération ?

 

Le problème est tout simplement que nous sommes en lepeno-macronie et que MDP est obligé de respecter ses "lois". L'important est ce qu'il y a dans le "véhicule": vous en conviendrez. Une chose vous a échappée: la transparence de MDP dans cette action. Une transparence que les entreprises, oui, MDP est une Entreprise au sens noble, ne réserve habituellement qu'à de rares initiés.

Ce modèle sera d'ailleurs à envisager pour les Coopératives Citoyennes, les Organisations Citoyennes et même pour un Gouvernement du Bien commun. Provisoirement. Sachant que le provisoire peut durer. Encore une fois c'est ce "transporte" le "véhicule" l'important.

https://www.rachatducredit.com/un-vehicule-financier-c-est-quoi-375.html

Oui c'est une LBO.

Au titre du droit de savoir, on aimerait bien avoir le détail de qui donne, qui vend à la SPIM et combien.Et si tout cela sera soumis à la Flat Tax.

Cela étant, je ne doute pas du but de l'opération dans un souci d'indépendance.

 

Macron a été élu sur les consignes de vote de Plenel.....et ce sera de même en 2022!!

on parie?

Non. Aucun Citoyen, donc aucun lecteur de MDP,  n'a voté sur les consignes de MDP. Mais comme la discussion est intéressante j'accepte le pari. Je parie un abonnement d'un an à MDP pour une personne qui n'a pas les ressources nécessaires, que les consignes de vote de MDP n'auront aucune influence sur le "vote". 

« une presse ne vivant que du soutien de ses lecteurs, sans recettes publicitaires ni subventions étatiques ; un média créé et contrôlé par des journalistes. »

« Seuls nos lecteurs peuvent nous acheter » smile

Soyez insoumis-e-s, abonnez-vous à Mediapart ! wink

https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-favier/blog/201018/soyez-insoumis-e-s-abonnez-vous-mediapart

 

Nous les premiers abonnés avons soutenu sans faille notre journal,et  son pied de nez à Minc.

En ces temps héroïques la vie sur MDP était joyeuse et bordélique. Les bugs d'une informatique très approximative, la découverte des trolls et des empoignades homériques, la jouissance d'une presse d'investigation s'attaquant aux puissants

Mais la réussite a un prix à payer; MDP comme tout journal a tenté de prendre des positions partisannes au détriment de l'investigation qui était sa vraie raison d'être.

De ce point de vue le Canard Enchaîné a toujours eu une position plus sage s'en tenant à sa ligne de force;satirique
Les épisodes partisans avec Mélenchon ont été détestables et ont affaibli l'image du joiurnal

Ainsi que le soutien aux islamo gauchistes!!

j'ai pas lu tous les commentaires…. je soutiens la presse libre mais pour la FPL si un groupe ou une personne donne plus et plus quelles seront les conséquences ??? merci de répondre à une question basique et peut être un peu bête ,

Chers François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel et Marie-Hélène Smiejan-Wanneroy, et chère Ana Ferrer, avez-vous lu aujourd'hui mon billet "Au revoir Mediapart", à propos d'une facture adressée à François Bonnet et que vous me réclamez, de 209 euros, et qui m'oblige à quitter Mediapart ?

https://blogs.mediapart.fr/mithra-nomadeblues/blog/020719/au-revoir-mediapart

Depuis dix ans que je suis abonnée à Mediapart, un mot d'Edwy Plenel et/ou de François Bonnet, ne serait-il pas le bienvenu ?

Pourriez-vous, s'il vous plaît, y répondre ?

Quand on aime, on ne compte pas ! (R(obespierre), vite !)

  Pas franchement le choix quand ce genre de tuile vous tombe dessus et que vous avez un budget très serré.

Bravo Mediapart,  continuer à  nous informer librement . Merci à  toute l équipe pour le travail d information  d'investigation de qualité . 

Dommage que Mediapart ait abandonné son droit de publier librement avant d'avoir le statut de libre publieur (cf traitement calamiteux et déshonorant du cas Assange/WikiLeaks, Edwy Plenel et François Bonnet à tout le moins en savent quelque chose).

Sur Arte, en ce moment, "Algérie : les promesses de l'aube ", le journaliste et écrivain Mohamed Benchicou, auteur d'une biographie non autorisée de Bouteflika, qui lui valut d'être emprisonné deux ans, dépeint le monarc' Boutef comme un journaliste avisé et irréversiblement indépendant :-) ne peut que dépeindre le monarc' Macron.

Faut pas pousser!! Macron ne prends ses ordres à Moscou comme Boutef et n'élimine pas ses opposants...!! du calme

Bravo !

Mediapart c'est cher quand on touche une retraite de 900 euros pour mois, et que les années passant, c'est plus difficile de travailler dans le bâtiment, c'est dommage par ce que a 80 ans ont ne pourra plus lire Mediapart, bon il me restent huit ans et peut être Mediapart fera un prix aux grabataires pauvres. 

Parlant sérieusement bravo Mediapart, et hasta Siempre.

c'est bien d'essayer de rester indépendant. continuez comme cela .

Les sous y aident mais ce sont surtout les gens du journal qui le feront indépendant..

Merci de continuer ainsi malgré NIEL

Bravo mille fois, vive l’indépendance des journalistes ! Celle-ci devrait être gravée dans la constitution

C'est très bien bravo à vous (et à nous les abonnés) pour la pérennisation de l'indépendance de Mediapart ce qui coupera l'herbe sous le pieds de tous les rabat-joies, assez nombreux finalement, qui pensent que Mediapart est comme les autres médias, contrôlé en sous-main par Xavier Niel ou je ne sais qui.

https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2019/07/02/mediapart-modifie-sa-gouvernance-pour-preserver-son-independance_5484502_3236.html

 

Pour une fois merci le monde. Quand on voit la bon bénef réalisée par les fondateurs on comprend mieux. Un minimum d'honnêteté aurait voulu que ceci soit signalé dans l'article. Apres tout mdp est un journal social-démocrate et donc capitaliste. Et ce sont des gens qui ont pris un risque au début, normal qu'ils soient récompensés... Cet "oubli" interroge.

  Et puis c'est sur qu'un journal endetté à plusieurs millions sur quasi 10ans c'est un gage de son indépendance.

  • Nouveau
  • 03/07/2019 03:20
  • Par

Bravo Mdp et merci. Continuez ainsi. Vous êtes un des derniers piliers démocratiques sous ce régime autocratique.

autocratique?  Et à Médiapart....? bien sur c'est la confrontation des idées!! de toutes les idées?

Allons, Lebichon, vous n'allez tout de même pas faire la fine gueule. Puisqu'on vous dit qu'ici ça brille et que partout ailleurs, c'est l'obscurité...

  • Nouveau
  • 03/07/2019 05:45
  • Par
Bravo
  • Nouveau
  • 03/07/2019 05:55
  • Par

merci à toute votre équipe on aimerait que le gouvernement ai autant de recherche et d'inventivité que vous pour orienter sa politique de façon libre et indépendante!

C'est un choix honorable, qui m'honore aussi en tant que lecteur, un grand merci à tous les journalistes de Médiapart, à ses fondateurs et ces nombreux lecteurs. C'est une bonne nouvelle!

Sacturiser MEDIAPRT en supprimant l'appétit de certains ne peut que servir le droit de savoir. La démocratie est cobsubstancielle à u e presse qui fait du droit de savoir un credo. Ce n'est pas l'avis d'autres actionnaires de certains journaux...Bonne chance à tous.

 Si j'ai bien compris, les fondateurs se font racheter à prix d'or leurs parts par endettement, tout en restant actionnaire du nouveau fond! Belle opération pour eux! 

Pluralisme dans la presse? On aura des articles de Zemmour et de Del Val?

 

bonjour,

merci pour l'information régulière sur ce sujet. Il me semble en effet important qu'un abonné puisse connaitre le financement de son journal. En effet d'autres journaux, comme Le Monde ( et j'ai bien hésité avant de le citer ), ont été rachetés par des intérêts privés et ont perdu de leur indépendance. On le sent en particulier au moment d'élections.

Et Niels dans tout ça.Cordialement.

Indépendance "éternelle"?

ça veut dire quoi?

La vie humaine ne peut pas être à but lucratif, seuls des fous sont capables d'imaginer et d'imposer cette doctrine.

Votre démarche rejoint les vrais objectifs d'une société créée  pour l'épanouissement de tous les  êtres humains.  

La finance, c'est le meilleur moyen pour assurer les échanges humains,  mais elle  devient sa perte, quand elle en devient son but.

MERCI POUR VOTRE ACTION D'ESPOIR

Merci de votre professionnalisme indigné (si si) et donc de votre engagement. Promis, je parlerai de vous à mes enfants. En leur disant pourquoi pas dans 10 ans : "voilà le journal à l'origine de l'inscription dans la Constitution du financement public et transparent d'une presse libre".
  • Nouveau
  • 03/07/2019 11:38
  • Par

Pourquoi ne pas profiter de ce chamboulement juridique pour constituer une entité représentative de tous les abonnés, du type comité d'entreprise, adaptée à un journal.

Un abonné une voix pour élire au minimum deux ou plusieurs représentants qui siègeront aux conseils d'administration de chacune des nouvelles entités juridiques, sans droit de vote (pour respecter l'indépendance du journal) mais avec possibilité de donner des avis mentionnés sur les PV officiels , qui auront toutes les informations et chiffres qu'ils pourront communiquer aux autres abonnés sur un site spécifique pris en charge par Médiapart bien sûr, ainsi que les frais de déplacements liés à leur mandat.

Il me semble que ce serait tout à fait en harmonie avec le très bon slogan "Seuls nos lecteurs peuvent nous acheter" et là aussi Mediapart pourrait continuer à être en avance sur les autres et faire la différence.

Mais il faut alors que cette entité s'engage financièrement ! Se porte caution des conséquences de ses choix. Sur ses deniers. Pourquoi pas, oui, un emprunt de plusieurs dizaines de millions garanti par nous, lecteurs: mettons que quinze millions divisé par cent-cinquante-mille fasse cent euros en moyenne. Je les verse tout de suite, (1) je suis retraité, j'ai de quoi couvrir les besoins vitaux de ma famille et je ne dépense pas quatre-mille euros par an en diesel pour aller promener mon chien ( je n'ai pas de chien donc pas de diesel) mais quid de ceux qui ne peuvent pas ?

(1) sous la forme évidemment du don sans aucune contrepartie, comme nous le faisons pour Reporterre, Basta!, Sciences Humaines, le Diplo et tout ce que nous devons protéger.

Pas du tout. 

Cette entité qui s'inspirerait des comités d'entreprise n'a aucun pouvoir en matière de décisions sur la gestion et les choix stratégiques et editoriaux de Mediapart. Elle aurait pour objet d'une part de poser des questions émanant des abonnés aux différentes directions et d'autre part de rendre accessibles à chacun les réponses ainsi que les  divers comptes rendus émanant d'elles.

N'ayant aucune responsabilité sur le devenir du journal, il n'y aurait aucune raison qu'elle soit caution d'un quelconque engagement financier;

Cela ne l'empècherait pas en cas de difficultés de proposer et discuter avec les directions des moyens, soumis aux abonnés bien sûr, qu'elle pourrait mettre en oeuvre pour assurer la pérennité du journal et de son indépendance. 

Mais ce n'est pas son but initial.

Cela nécessiterait un site internet permettant en premier lieu de recueillir les candidatures, ensuite de procéder aux élections, puis de consulter l'ensemble des abonnés pour choisir les questions à poser à chaque direction et en retour diffuser réponses et comptes rendus.

Une belle occasion de mettre en oeuvre un outil de démocratie participative numérique entre 150 000 abonnés de toutes pensées et de tous bords.

 

Bonjour,

Bravo et merci.

  • Nouveau
  • 03/07/2019 16:53
  • Par

Sauf erreur de compréhension de ma part : d'un point de vue strictement financier, les investisseurs initiaux réalisent une plus-value, dépendant d'une valorisation indépendante, essentiellement latente car seulement très partiellement matérialisée comptablement dans ses réserves. D'où la nécessité du recours à un prêt bancaire à long terme (sept à dix ans) pour permettre le financement du rachat, à ce prix par la nouvelle entité détentrice, des parts à leurs détenteurs actuels.

Le moins que l'on puisse écrire est que cette facette du montage aurait mérité d'être mentionnée dans l'article, sans qu'il soit nécessaire d'en prendre par soi-même connaissance ailleurs (dans Le Monde par exemple).

D'aucuns pourraient penser que l'objectif essentiel de l'affaire était la réalisation de ladite plus-value latente (ce qui n'est pas illégitime), plus que le renforcement et la pérennisation de l'indépendance de MDP dont les risques l'affectant en laissant les choses l'état auraient mérité eux aussi une évaluation indépendante comparative...

Le fait est que le nouveau MDP devra se coltiner un emprunt nouveau d'une dizaine de millions de dettes (sauf erreur de compréhension une fois de plus, modulo la quote-part  des plus-values réinvesties et/ou un crédit vendeur par nature temporaire) dont le remboursement effectif dépendra du maintien en très bonne santé de MDP comme nous le souhaitons tous ardemment et sincèrement ; sinon nous perdrons un acteur majeur du journalisme français par sa disparition (plus accessoirement le plantage des prêteurs), puisqu'il semble a priori inenvisageable dans ce montage que puisse être échangés survie et assujettissement à un intervenant externe (et je crois peu au désintéressement à fonds perdus).

  • Nouveau
  • 03/07/2019 19:50
  • Par

Mes commentaires suite au Live de Médiapart:

Tout d'abord, merci aux participants d'avoir pris une bonne partie du temps à parler du poids de la nouvelle dette, et de la capacité de remboursement de MDP, éléments que j'avais (justement...)  soulevés dans mes commentaires.  J'ai été d'ailleurs amusé d'entendre reprise  dans sa presque totalité l'une de mes phrases... ;)

Deux éléments ont été donnés, qui n'étaient pas à notre disposition hier soir:

- La trésorerie de MDP est de 9 millions d'euros, en partie parce qu'un journal par abonnement est structurellement positif (décalage entre les recettes et les dépenses), et  aussi par accumulation des réserves ( 4 millions de dividendes non distribués). 

- Les fondateurs vont avoir la possibilité de laisser la trésorerie correspondant au rachat de leurs parts chez MDP (crédit vendeur).

Voila qui laisse donc à MDP un matelas de protection significatif.

D'autre part, je viens de m'apercevoir que mon abonnement mensuel était passé de 9 à 11 €/mois l'année dernière, soit +20%, sans que je l'ai remarqué... Cela montre là la flexibilité  potentielle de MDP afin de piloter finement la rentabilité. Les abonnés ne remarquent pas trop quand cela augmente ou laissent pisser... ;)

Tout cela fait qu'une partie de mes réserves soulevées hier et ce matin pourraient être levées.

Il reste à savoir ce qui pourrait se passer en cas d'aléa majeur (évolutions technologiques disruptives et rapides, chute drastique et soudaine des abonnements suite à un événement inattendu, campagnes orchestrées de déstabilisation,  etc). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet innovant qui va permettre d’assurer la pérennité du journal tout en résolvant la problématique de la transmission du capital.

Cette décision me semble à la fois sage et responsable.

  • Nouveau
  • 04/07/2019 06:34
  • Par

Médiapart invente "l'altercapitalisme" et affirme enfin que son projet est libéral, "au sens aglo-saxon" bien entendu. Bravo !

Et, soit dit en passant, pratique l'optimisation fiscale (Fonds de dotation) au profit de ses sociétaires et des futurs donateurs. Bien joué.

Que cela soit un source d'inspiration intarissable pour la France et les Français.

Bien à vous. 

Après avoir lu votre article et vu votre live d'hier, j'en conclus que Mediapart vient d'atteindre la pierre angulaire qui lui manquait afin d'atteindre son indépendance éternelle alliée à sa matrice idéologique si chère au CNR avec Albert Londres comme emblème journalistique. Après les travaux estivaux (charte, statuts, nominations du CA etc...), vous allez basculer vers une nouvelle dimension originale qui fera de nombreux envieux dans votre profession.  Félicitations et longue vie à Mediapart !

Bonjour

Quand on voit l'organigramme de qui possède la presse ça fait froid dans le dos car se dessine le comité des forges de l'époque d'avant 36 ou le patronat possédait et dictait la presse... Donc merci à MEDIAPART de proteger ce tresor qu'est l'indépendance du contrepouvoir que doit etre la presse tombée si bas par la volonté du pouvoir et de l'argent... Euh désolé pour ce pléonasme.

Bien cordialement

 

 

  • Nouveau
  • 04/07/2019 12:41
  • Par

Je me demandais... Cette richesse accumulée pendant toute cette belle aventure, elle est le fruit des efforts de qui ? des actionnaires fondateurs ? des employés et journalistes ? des lecteurs abonnés ? 

Vous savez, cette histoire ancienne de "partage de la valeur"... Le camembert avec les actionnaires, les salariés et les clients...

Parce là, dans ce qui est dit, il semblerait que la richesse accumulée, elle va aller aux actionnaires fondateurs, et à personne d'autres. Certes, c'est la règle du jeu dans notre système capitaliste... 

Mais bougre ! Médiapart, ce n'est quand même pas une aventure capitaliste, quand même!!

Alors, ce qui serait bien, ce qui serait vraiment grand, et qui donnerait une belle crédibilité à cette opération qui pour l'instant ressemble à un juteux jeu de bonneteau, ce serait que les actionnaires fondateurs se remboursent de leurs fonds investis, avec une petite rémunération raisonnable, et que le reste soit  REPARTI entre les employés et les abonnés. 

Ce serait quand mieux que les grandes tirades sur l'indépendance pour l'éternité, et les trucs sur le CNR et la Libération...

Ce serait grand, et cela aurait du panache...

Chiche ?

 

 

 

 

 

 

 

  • Nouveau
  • 04/07/2019 15:12
  • Par

En un mot : Bravo. Et puis un second : Merci ...

  • Nouveau
  • 04/07/2019 16:47
  • Par

Grr ! Vous avez encore volontairement "oublier" de diffuser la vidéo de votre conférence de presse du 02/07/2019 ! ;(

(historique https://blogs.mediapart.fr/vlo/blog/200319/archives-des-conferences-de-presse-annuelles-de-mediapart-et-fichiers-carnets-pdf)

 

"(...)Le soutien de l’ensemble des actionnaires actuels ayant été obtenu fin juin, cette deuxième fondation de Mediapart sera réalisée d’ici à la fin septembre 2019, selon des modalités qui ont été détaillées le 2 juillet 2019 lors d’une conférence de presse. Elles sont reprises dans une brochure téléchargeable ici [La conférence de presse du 2 juillet 2019 (pdf, 1.7 MB)] dont les principales informations sont accessibles sous l’onglet Prolonger de cet article. (...)"

 

 Quelle excellente nouvelle, petits cachotiers! Vous êtes impeccables, je vous suis, resuis, poursuis! Bien vu pour contrer les tempêtes et le froid qui s'accumulent partout en Europe. Indépendance et bien commun, sans concession. Vivent les lucioles. MERCI

Macron et la (liberté) de la Presse !

De toutes les Presses,
Macron ne veut entendre qu’une seule voix,
Macron ne veut qu’une seule vérité,
La Presse doit être inféodée,
Au Pouvoir qui veut tenir caché,
Ces vérités qui ne doivent plus être diffusées...
Toute les Presses,.. ont Macron dans les fesses... !

Macron,... s’est attaqué à la Presse,
Qui a osé,.. révéler l’infiltration
Des barbouzes au sein de l’Élysée,
Un lieutenant-colonel de Gendarmerie,
Cet hurluberlu,... ce fifrelin,... ce nervi,
Qui prend congé pour aller tabasser
Jouir,... se faire une belle érection
Rentrer à l’Élysée,
A choupinet,... tout excité,... lui narrer....
Cet orgasme oral ...
« C’est bon ! C’est bon !
J’ai frappé !... Frappé !
C’est bon ! C’est bon !
Les ai niqué !... Niqué !
A fond ! Jusqu’aux amygdales... ! » ...
(une vérité ?... Non ! Mais on n’est pas à ça,.. près !)

Macron,.. ne veut plus que sortent les secrets,
Macron,... est un polisson,...
Comment pourrait-on s’attaquer à lui,... Macron,...
Lui, qui se prend pour Jupiter,...
Dieu tout puissant descendu sur Terre,...
La Presse ne doit plus être affranchie,
Et doit veiller sur leurs licences,.. la DGSI,....
Qui sous contrainte, emprisonne la parole,
Les vérités ne seraient que des véroles ,...
Macron se protègerait de la syphilis,
Et,... à tous les vents,.. enverra la police.... !

Le savoir,.. la connaissance,
Est à l’humanité,.. son essence,...
Ce n’est pas ce freluquet,
Ce n’est pas choupinet,
Qui va nous imposer son bon vouloir,
Nous pendre sur les potences du pouvoir...
La Presse,.. se fait timide...
Toutes leurs rentrées financières,
Proviennent des annonces publicitaires,
Et qui en détient les clefs,... ?
Niel,... Pinault ?
Perdu !
Faut retraverser la rue !
C’est,... Bernard Arnault !
Qui ouvre ou ferme les robinets...
On ne touche pas aux affaires de famille,
La merde ne s’étale pas hors domicile...
La Presse,.. se fait timide...
Même sous les coups de boutoirs,
Qu’elle subit par Pénicaud,
Plaintes ici, convocations là,..
Leur torts,.. parler de Benalla,
Marchés d’armes en veux-tu en voilà... !
La Presse,.. en prend plein les fesses !

Et pendant ce temps-là,
Nos députés font paresse,
Nos sénateurs,... engourdis,
Neurones et cervelles en bouillie
Pas une volée,.. un éclat
Contre ces attaques de la Liberté de la Presse,
Nos propres élus,.. font dos rond,..
Genoux-flexions, baisent de leur front
Les godasses à Macron....
Notre démocratie
Est attaquée,..
Est assassinée,
L’information deviendrait délit,...
La Censure comme au temps de la Collaboration,
Belloubet,.. toutou,.. de Choupinet,
S’attaque à la loi de 1881
Avec comparution immédiate jugés
Les organismes de Presse et autres Médias,
La liberté ne s’use que si l’on en use,..
Taire, et faire taire,...
Uniquement à Macron,.. plaire...
En donnant plus de pouvoir aux magistrats
je sens que les vraies Presse,
Pour se garantir d’en prendre dans les fesses,
Vont s’expatrier hors de notre territoire...
Comme jadis pendant l’Occupation,..
Certains écoutaient Radio Paris !
Radio Paris ! Radio Paris !
La radio des parti pris !
D’autres,.. Ici ! Radio Londres !
Les Français,.... parlent aux Français,

Aux Français !

Mais ami(s)

Vous n’êtes toujours pas obligés de me croire,.. à me suivre,... ou pas !
Ou pas ! Ou demandez à Benalla !

Christian le 4 juillet 2019

Avec tout le respect que je dois à la Justice et à la Police de mon pays !
« Honneur et parole vaut gant et pistole »... Proverbe allemand 1886

PS :
« Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite,.. même citées ici,... pour raison de rimes,.. à but uniquement ‘poétif’... »

Merci d'organiser l'indépendance de Médiapart. Il n'est pas choquant que les fondateurs qui ont pris des risques soient rémunérés pour cela mais......les abonnés des premières années sont aussi à récompenser et au lieu de cela vous augmentez le prix de leur abonnement. Je demande en remerciement un mois de gratuité par année d'abonnement.

Doucement, les grands mots!

Lrindépendance "éternelle", avec prolongations éventuelles, pas moins!

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Si vous avez des questions ou des interrogations sur cette nouvelle fondation de Mediapart, onze ans après sa création en 2008, n’hésitez pas à nous écrire par courriel à l’adresse suivante : avenir@mediapart.fr . Nous y répondrons collectivement dès mercredi 3 juillet, de 18 à 19 heures, durant notre MediapartLive consacré à la défense de la liberté de la presse (son programme est ici).