Zineb Redouane: les CRS à l’origine des tirs ne se souviennent de rien

Par

Les cinq policiers CRS armés de lance-grenades, à l’origine des 200 tirs de grenades lacrymogènes sur la Canebière le 1er décembre, ainsi que leur officier, ont affirmé à la police des polices ne pas se souvenir de celui qui a blessé Zineb Redouane. Ils ne reconnaissent pas non plus le tireur sur les images de vidéosurveillance. Trois des agents n’excluent cependant pas qu’il puisse s’agir d’eux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils étaient cinq CRS armés de lance-grenades de type Cougar le samedi 1er décembre sur la Canebière, postés aux alentours du magasin C&A d’où est parti le tir de grenade lacrymogène MP7 qui a défiguré Zineb Redouane de l’autre côté de la rue. Et ce, au moment où cette femme algérienne de 80 ans, décédée le lendemain d’un arrêt cardiaque au bloc opératoire, fermait la fenêtre de son appartement au 4e étage.