Bettencourt : les juges se paient les journalistes et le majordome

Par

L'ancien majordome qui avait effectué les enregistrements clandestins chez Liliane Bettencourt, ainsi que les journalistes de Mediapart et du Point qui ont fait éclater l'affaire, sont renvoyés devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour « atteinte à l'intimité de la vie privée » ou « recel ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après la censure de Mediapart en juillet, ordonnée par la cour d'appel de Versailles, un nouveau coup est porté par la justice aux lanceurs d'alerte et aux journalistes. Les trois juges d’instruction bordelais chargés du volet pénal de l’affaire Bettencourt − Jean-Michel Gentil, Cécile Ramonatxo et Valérie Noël −, ont tranché : ils ont décidé de renvoyer l’ex-majordome de Liliane Bettencourt et les cinq journalistes qui ont fait éclater cette affaire d’État devant le tribunal correctionnel. Datée du 30 août, l’ordonnance de renvoi est arrivée ce lundi chez les avocats.