Un an après, un bilan macroéconomique qui ne convainc pas

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Moins d’impôts et de contraintes, c’est plus d’investissement, donc plus de croissance et d’emplois. C’est ainsi que l’on peut résumer le credo économique d’Emmanuel Macron et du gouvernement d’Édouard Philippe. Il a déterminé une politique qui se voulait « structurelle », c’est-à-dire qu’elle visait à une modification profonde et durable de l’économie française permettant une augmentation de la capacité de croissance du pays. Pour le moment, on est loin d’avoir même approché cet objectif.