La très politique évaluation de la réforme de l’ISF

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 25 avril dernier, le président de la République Emmanuel Macron prenait un engagement dans sa conférence de presse clôturant le « grand débat » : il acceptait de revenir sur la baisse de la fiscalité du capital si les « évaluations » montraient son inutilité. C’est dire si le premier rapport du « Comité d’évaluation des réformes de la fiscalité du capital » publié le 1er octobre était attendu. Comme on pouvait le redouter, néanmoins, ce comité botte en touche : « Il n’était pas envisageable de produire une évaluation complète ex post des réformes, tout simplement parce que celles-ci mettront des années à porter l’ensemble des fruits que l’on attend. »