Yannick Jadot peine à sortir de la phase primaire

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce n’est que l’aube de la campagne présidentielle, mais Yannick Jadot, qui se rêve en futur « président du climat », danse déjà sur un volcan. Ce week-end, le conseil fédéral d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) doit valider sa candidature à la présidentielle, après sa victoire d’une courte tête à la primaire écologiste avec 51,03 % des voix. Mais l’étape du rassemblement de la famille écolo connaît des turbulences. Sa rivale, Sandrine Rousseau, peut se targuer d’avoir réuni 49 % des voix et d’avoir bousculé les attentes du scrutin en faisant émerger des thèmes jusque-là marginaux, tels que l’écoféminisme, l’intersectionnalité ou la radicalité.