Evasion fiscale: la Cour des comptes gronde Bercy mais évite le cœur du sujet

Par

Répondant à la demande d’Emmanuel Macron après le « grand débat », la Cour des comptes met en cause la capacité de Bercy à lutter contre la fraude fiscale. Mais son rapport ne permet pas d’avancer sur le sujet.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’était le 25 avril dernier. À l’Élysée, le président de la République Emmanuel Macron donne une conférence de presse pour faire suite au « grand débat », lui-même conséquence du mouvement des « gilets jaunes ». Le chef de l’État y développait – ou tentait d’y développer – une image plus modérée et doucereuse. Aussi pour « remettre l’humain et la justice au cœur du projet national », et surtout faire passer son inflexibilité sur la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), Emmanuel Macron avait-il accepté de confier à la Cour des comptes « la mission d’évaluer précisément les sommes qui échappent à l'impôt et de proposer des mesures précises pour qu’en France chacun respecte les mêmes règles ». Et d’ajouter, « si nous pouvons faire plus, nous le ferons ».