Joachim Son-Forget, ex-LaRem, veut fonder son propre parti

Par
L'ancien député La République en Marche (LaRem) Joachim Son-Forget, qui a quitté le parti majoritaire après une série de tweets controversés, a confirmé jeudi son souhait de fonder son propre parti politique sans "aucune logique d'alliance".
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

PARIS (Reuters) - L'ancien député La République en Marche (LaRem) Joachim Son-Forget, qui a quitté le parti majoritaire après une série de tweets controversés, a confirmé jeudi son souhait de fonder son propre parti politique sans "aucune logique d'alliance".

L'élu de la circonscription des Français de l'étranger de Suisse et du Liechtenstein âgé de 35 ans a reçu fin décembre une lettre de suspension de LaRem, dont il avait brigué la tête aux côtés de Stanislas Guérini, élu délégué général le 1er décembre.

Son futur parti, baptisé "Je suis français et européen" (JSFee) "ne fonctionnera sur aucune logique d'alliance", a dit Joachim Son-Forget à Reuters.

"Il sera une émanation du fond de ma pensée et de celui de beaucoup de jeunes Français ou de moins jeunes mais pragmatiques silencieux, oubliés de la République", a-t-il souligné, promettant "de nombreuses annonces politiques de fond" dans un proche avenir.

Coutumier de messages déroutants ou polémiques sur Twitter, Joachim Son-Forget avait signé le 23 décembre un tweet jugé sexiste contre la sénatrice écologiste Esther Benbassa, moquant "le pot de maquillage (...) que vous vous mettez sur la tête".

Le président du groupe LaRem à l'Assemblée nationale, Gilles Le Gendre, avait condamné ces propos.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale