Primaire à gauche: accords et désaccords

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’opération « primaire » est sur orbite. Ce mercredi 3 février, les partisans d’une primaire des gauches à la présidentielle se retrouvent pour la première fois à La Bellevilloise, une salle du XXe arrondissement de Paris. La rencontre, ouverte, fait suite à l’appel à une « grande primaire des gauches et des écologistes » lancée le 11 janvier dans Libération par de nombreux signataires, dont l’économiste Thomas Piketty, le sociologue Michel Wieworka, les historiens Patrick Boucheron et Arlette Farge, le comédien Philippe Torreton, l’avocat William Bourdon, la députée PS Barbara Romagnan, l’eurodéputé EELV Yannick Jadot ou les frères Cohn-Bendit. À ce stade, rien de concret. « Il s’agit d’abord d’organiser et de structurer les débats, de commencer à discuter », explique Yannick Jadot.