Fillon: révolution de palais en cours à droite

Par
François Fillon s’obstine, et joue son va-tout sur la manifestation de dimanche, pendant que les proches d’Alain Juppé s’activent en coulisses. Départs en série autour du candidat, dont celui de son directeur de campagne, Patrick Stefanini, et de son porte-parole, Thierry Solère, organisateur de la primaire. Récit des grandes manœuvres à droite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ses soutiens attendaient un mot, un signe, n’importe quoi qui puisse ressembler à un top départ. Alain Juppé le leur a fourni jeudi 2 mars, en faisant fuiter par ses proches qu’il était prêt à remplacer François Fillon en cas de renoncement. « Je ne me défilerai pas. Cette situation ressemble à un suicide collectif », a-t-il confié ce jour-là, selon Le Parisien, assurant vouloir néanmoins rester « loyal » à son ancien adversaire à la primaire.