A Gonesse, Ikea arrosait des policiers : bons cadeaux contre bons services

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 2003, François Mrissa, délégué CGT au magasin Ikea de Gonesse, tape sur les nerfs de sa direction, à force de soutenir des collègues soupçonnés de piocher dans la caisse. Un matin, des policiers l’interpellent au saut du lit, sous les yeux de ses enfants. Embarqué au commissariat de Gonesse, ce chef de rayon est placé en garde à vue pendant des heures, « vaguement accusé de vols de documents ». François Mrissa ne sera jamais poursuivi, ni déféré devant un juge. Et pour cause : les policiers n’ont rien contre lui, pas l’embryon d’un dossier. « Ils ont juste voulu m’intimider pour rendre service à Ikea », dénonce aujourd'hui le syndicaliste, qui accuse son ancienne direction de « collusion » avec des représentants des forces de l'ordre. Paranoïa ? Loin de là, d'après des documents que Mediapart s’est procurés.