Jean-Michel Blanquer, le ministre qui fait passer les inquiétudes pour des «bobards»

Par

Le ministre de l’éducation nationale traverse une passe difficile. La contestation contre ses réformes s’amplifie et les principaux syndicats appellent à la mobilisation jeudi. Parents et enseignants font part de leurs inquiétudes face à des mesures déployées à toute vitesse. Las, Blanquer garde le cap et qualifie toutes ces interrogations de « bobards ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jean-Michel Blanquer s’est donné une nouvelle mission : imposer le terme argotique « bobard » dans le débat public. À plusieurs reprises, le ministre de l’éducation nationale a affirmé dans la presse que la contestation qui monte contre sa politique éducative n’était que le fruit de « bobards », soit des propos mensongers et fantaisistes, distillés par ses adversaires pour le déstabiliser. En ligne de mire, la loi dite sur l’école de la confiance et la réforme du lycée.