Les victimes d’un médicament antipilosité poursuivent le laboratoire Bayer

Par Rozenn Le Saint

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une première : trois victimes du traitement hormonal Androcur s’attaquent au géant allemand Bayer, également heureux propriétaire de Monsanto. Elles assignent ce fabricant d’un médicament antipilosité devant le tribunal de grande instance de Bobigny pour défaut d’information sur les risques encourus : l’apparition de tumeurs cérébrales appelées méningiomes. Ce mardi, l’audience a été fixée au 29 mai prochain.