Ecole à distance: Blanquer a encore oublié d’anticiper

Par

Les établissements doivent réorganiser en hâte les enseignements, mais des enseignants pointent un manque de moyens et un défaut d’anticipation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans tous les établissements scolaires de France métropolitaine, les équipes pédagogiques s’activent. Prises de court, elles doivent décider en urgence comment organiser la poursuite de l’enseignement des élèves malgré la distance. Cette « continuité pédagogique », dans le jargon de l’Éducation nationale, doit être effective dès le mardi 6 avril.

Mercredi dernier, Emmanuel Macron, annonçait la fermeture des écoles, des collèges et des lycées de métropole. Il restait alors deux jours aux personnels enseignants pour être opérationnels en début de semaine prochaine. Épuisés, il dénoncent, unanimement, un « grand manque d’anticipation ».