«L'affaire EDF ne fait que commencer», prévient le patron de Greenpeace

Par et
Dans un entretien à Mediapart, le directeur général de Green- peace France évoque longue- ment l’affaire d’espionnage dont son organisation a été la cible. Pascal Husting révèle que l’avocat de Greenpeace va demander au juge d’étendre ses investigations et qu’il a lui-même demandé à Jean-Louis Borloo que le gouvernement, via le ministère de la justice, exige la mise en examen d’EDF comme personne morale. Pour M. Husting, qui évoque un curieux cambriolage survenu en 2005 et les surveillances des RG, le nucléaire français s’apparente à une «idéologie». «L'affaire EDF ne fait que commencer», prévient le patron de Greenpeace France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans un entretien à Mediapart, le directeur général de Greenpeace France évoque longuement l'affaire d'espionnage dont son organisation a été la cible. Pascal Husting révèle que l'avocat de Greenpeace va demander au juge d'étendre ses investigations et qu'il a d'ores et déjà demandé à Jean-Louis Borloo, ministre de l'énergie, que le gouvernement, via le ministère de la justice, exige la mise en examen d'EDF comme personne morale. Pour M. Husting (photo ci-dessous), qui évoque un curieux cambriolage survenu en 2005 et les surveillances des RG, le nucléaire français s'apparente à une «idéologie». «L'affaire EDF ne fait que commencer», prévient le patron de Greenpeace France.