Démonstration syndicale à l'ouverture des débats concernant la loi sur le travail

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Entre la coupole des Invalides et les bords de Seine mardi 3 mai, trois rassemblements. Dès midi, l’une des pelouses impeccables de ce Paris-centre est occupée, une fois n’est pas coutume, par les calicots blancs de la CFE-CGC. « C’est la première fois que nous nous rassemblons ainsi depuis la réforme des retraites en 2013, rappelle Carole Couvert, sa présidente. Ce n’est pas du tout notre tradition. » Contrairement à l’intersyndicale composée de la CGT, FO, Solidaires et la FSU, dans la rue depuis deux mois, la CFE-CGC ne demande pas le retrait de la loi El Khomri, dont l'examen commence l'après-midi à l'Assemblée, mais des amendements encore plus soutenus que ceux obtenus par la commission des affaires sociales (voir notre article sur l’état du texte ici).