Négationnisme et FN, une histoire intime

Par Valérie Igounet

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Le problème des chambres à gaz, mais moi je dis qu’on doit pouvoir discuter même de ce problème. » La suite est du même acabit (1). Incontestablement, la phraséologie employée par Jean-François Jalkh, furtif président par intérim du FN (remplacé par Steeve Briois), reprend les items du négationnisme tout en se référant à l’un des idéologues centraux de cette propagande, Robert Faurisson. Apparu en France en 1948, le négationnisme nie le génocide des Juifs et disculpe l’Allemagne en délivrant ce message : les Juifs mentent – depuis près de soixante-dix ans désormais. En culpabilisant l’Occident avec l’invention du génocide, ils ont permis la création d’Israël et, par ce biais, ont confirmé et étendu leur domination.